Syrie : après le départ des rebelles, les habitants retrouvent Homs

le
0
Syrie : après le départ des rebelles, les habitants retrouvent Homs
Syrie : après le départ des rebelles, les habitants retrouvent Homs

Les derniers rebelles syriens ont quitté, vendredi, leur ancien fief dans le centre du Homs où est entrée l'armée pour la première fois depuis plus de deux ans, a affirmé le gouverneur de Homs Talal al-Barazi. Les équipes d'ingénierie et de déminage de l'armée ont entamé les travaux de ratissage et de démantèlement des bombes.

Une journaliste de l'AFP a pu voir des centaines de civils de tout âge rentrer à Hamidiyé, quartier chrétien, et dans des secteurs ravagés de la Vieille ville, assiégée durant ces deux années. Ils inspectaient leurs maisons, très émus et les larmes aux yeux.

«Nous avons terminé l'opération d'évacuation des hommes armés de la Vieille ville de Homs», a indiqué le gouverneur. Au total, près de 2 000 personnes, en très grande majorité des rebelles, ont été évacuées depuis mercredi en vertu d'un accord inédit entre les rebelles et l'armée loyale au régime al-Assad. Une première !

VIDEO. Syrie : l'armée entre dans le centre de Homs

«Je suis venue inspecter ma maison mais je n'ai pas pu la trouver»

A entendre les habitants, le spectacle est désolant. Des hommes, femmes et enfants, certains l'air choqués, enjambaient les gravats pour découvrir les ruines de leurs maisons. «Tout est détruit chez moi. Je suis allée à la maison de mes beaux-parents et elle est détruite aussi, il ne reste que quelques objets intacts», affirme Wafa, une habitante de Hamidiyé.

«J'avais vu sur Facebook que ma maison était détruite mais je ne pouvais pas le croire. Je voulais la voir de mes propres yeux», a affirmé Jaqueline Fawwaz, une femme de 30 ans. Une autre femme de 45 ans qui n'a pas voulu s'identifier affirme aux côtés de son mari: «Je suis venue inspecter ma maison mais je n'ai pas pu la trouver».

Toujours à Hamidiyé, la journaliste de l'AFP a vu les vitrines éclatées des magasins, les volets et les murs des immeubles criblés de balles ainsi que d'énormes remblais sur une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant