Syrie: Alep sous les bombes, l'aide alimentaire s'épuise

le , mis à jour à 21:35
11
Photo disponible sur le site du ministère russe de la Défense le 15 novembre 2016 montrant un avion de combat décollant d'un porte-avions au large des côtes syriennes lors de frappes contre des positions de l'EI ( Ministère russe de la Défense/AFP / )
Photo disponible sur le site du ministère russe de la Défense le 15 novembre 2016 montrant un avion de combat décollant d'un porte-avions au large des côtes syriennes lors de frappes contre des positions de l'EI ( Ministère russe de la Défense/AFP / )

Les chasseurs-bombardiers russes ont frappé mercredi pour le deuxième jour consécutif la province d'Idleb alors que l'armée de l'air syrienne menait des raids sur les quartiers rebelles d'Alep, où l'aide alimentaire va manquer après un siège de quatre mois.

Les bombardements aériens et d'artillerie ont tué 35 civils, dont six enfants ces dernières 24 heures dans les quartiers rebelles d'Alep, et 21 autres dans le village de Batbo, à 40 km à l'ouest de la ville, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Dans la province d'Idleb (nord-ouest), six civils dont un enfant ont péri à Kafar Jales.

Des habitants reçoivent une aide alimentaire de la fondation Al-Sham dans le quartier rebelle d'al-Marjah, le 15
Des habitants reçoivent une aide alimentaire de la fondation Al-Sham dans le quartier rebelle d'al-Marjah, le 15 novembre 2016 à Alep, en Syrie ( AFP / KARAM AL-MASRI )

"Les avions militaires russes ont visé toute la nuit et jusqu'au matin plusieurs régions d'Idleb", province contrôlée par une alliance de rebelles et de jihadistes, a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH.

"Dans le même temps, l'armée de l'air du régime a bombardé les quartiers est d'Alep", la deuxième ville de Syrie divisée depuis juillet 2012 en secteurs gouvernementaux (ouest) et rebelles (est) et que le régime entend reprendre entièrement.

Un quartier d'Alep détruit par des bombardements, le 8 novembre 2016 en Syrie
Un quartier d'Alep détruit par des bombardements, le 8 novembre 2016 en Syrie ( AFP/Archives / GEORGES OURFALIAN )

Yahya Arja, un secouriste des Casques blancs, a dit avoir "travaillé toute la nuit pour fouiller les décombres et en retirer les martyrs et les survivants".

Dans l'est d'Alep, l'hôpital pédiatrique, qui effectue 4.000 consultations par mois, et la Banque du sang, qui produit 1.500 poches de sang pour les hôpitaux, ont été endommagés par des barils explosifs, selon l'ONG Association des docteurs indépendants (ADI).

- "Inexcusables" -

Après un mois d'accalmie, la campagne de frappes a été relancée mardi par l'armée sur les quartiers rebelles d'Alep, coïncidant avec l'annonce par Moscou d'une nouvelle offensive, officiellement contre les jihadistes d'Idleb et de Homs (centre).

L'armée russe possède une puissance de feu considérable grâce aux avions qui décollent du porte-avions Amiral Kouznetsov, arrivé la semaine dernière au large des côtes syriennes.

Moscou a ainsi nettement renforcé le dispositif militaire mis en place depuis plus d'un an pour soutenir le régime du président Bachar al-Assad aux côtés de l'Iran ou du Hezbollah libanais.

La présence russe en Syrie
La présence russe en Syrie ( AFP / Paz PIZARRO, Thomas SAINT-CRICQ, Iris ROYER DE VERICOURT )

Les nouvelles frappes ont été qualifiées d'"inexcusables" par Washington, qui soutient la rébellion dite modérée et a souvent accusé Moscou de viser les insurgés antirégime sous couvert de bombarder les jihadistes.

De son côté, le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov, lui a répondu en dénonçant une "rhétorique" basée sur des "mensonges", et soutenu que les avions russes n'avaient "pas mené de frappes sur Alep depuis 29 jours".

La reprise des bombardements intervient une semaine après l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. Ce dernier a annoncé à plusieurs reprises que sa priorité était la lutte contre les jihadistes et non pas la chute de Bachar al-Assad comme le souhaitait Barack Obama.

Dans sa première réaction à la présidentielle américaine, M. Assad a déclaré que M. Trump serait "un allié naturel" s'il luttait contre "le terrorisme", dans un entretien diffusé mardi soir par la télévision publique portugaise RTP.

Par le terme de "terrorisme", le régime entend toutes les formations armées qui lui sont hostiles, que ce soit celles considérées comme modérées ou les jihadistes, comme le groupe Etat islamique (EI), qui contrôle de vastes régions en Syrie.

- "Nos dépôts sont vides" -

Sur le plan humanitaire, la situation devient de plus en plus critique pour les 250.000 habitants d'Alep-Est, soumis à un siège implacable depuis le 17 juillet. Leurs provisions touchent à leur fin et le Programme alimentaire mondial (PAM) a indiqué à l'AFP avoir effectué dimanche sa dernière distribution.

"Nos dépôts sont vides, nous ne pouvons plus rien distribuer", a affirmé Ammar Qadah, le directeur d'al-Cham al-Insaniya, une association caritative. Des volontaires ont distribué mardi ses derniers maigres sacs d'aides, a constaté un correspondant de l'AFP.

L'ONU avait déjà averti la semaine dernière que les dernières rations alimentaires étaient en train d'être distribuées.

Dans la région septentrionale de Raqa, la coalition arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS) progressait dans le désert vers la "capitale" de facto de l'EI en Syrie.

"Nous avançons même si les mercenaires (de l'EI) minent les villages avant de s'enfuir", a expliqué la commandante Rodi Derek, à Touwaylaa, récemment prise et en partie détruite. Les combats se concentraient mercredi autour du village Tall al-Samane, à 35 km au nord de Raqa.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlcbnb il y a 2 semaines

    exact, curieux que malgré un siège qui dure depuis des mois, il y a toujours des armes, munitions, etc.Selon moi, il existe des tunnels. curieux que les journalistes n'enquètent pas sur la provenance des armes. Il est vrai qu'avec une telle enquête, ils seraient considérés comme des espions

  • biogen il y a 2 semaines

    Les armes ne s'épuissent jamais curieusement

  • delapor4 il y a 2 semaines

    Si Trump se met du côté de Poutine et Assad, Hollande et les terroristes seront vaincus.

  • Berg690 il y a 2 semaines

    son peuple qui ne demandait que du pain, Exact ,mais avec des kalaches quand même. Accessoirement un petit Califa? non.

  • bsdm il y a 2 semaines

    Avec trump plus poutine les "rebelles " djihadistes vont disparaitre de syrie !

  • bsdm il y a 2 semaines

    La CPI n'est reconnu ni par les US ni par la chine ni par la russieni par 80 autres pays !

  • Garasixt il y a 2 semaines

    M7097610, Bachar el Assad criminel de son peuple qui ne demandait que du pain, Poutine complice et qui va se retirer du Tribunal Pénal International, et pour cause...

  • M7097610 il y a 2 semaines

    Total soutien à Poutine pour rétablir l'état de droit en Syrie.

  • delapor4 il y a 2 semaines

    @Berg690. La question est : sous le "régime français" la pauvre AFP a-t-elle le choix? Quand je pense que certains intervenants osent écrire qu'il n'y a pas de liberté de la presse en Russie, je me dis que ce sont soit des victimes soit des complices.

  • Berg690 il y a 2 semaines

    Nous avons encore droit au "Régime syrien" .Pauvre AFP qui devra bientôt faire du révisionnisme politique,ou passer pour des minables journalistes!