Syrie : affrontements près de Damas malgré des efforts diplomatiques

le
1
Syrie : affrontements près de Damas malgré des efforts diplomatiques
Syrie : affrontements près de Damas malgré des efforts diplomatiques

Les rencontres se suivent et se ressemblent. Cinq ans après le début des hostilités entre le régime syrien de Bachar al-Assad et son opposition armée, la communauté internationale n'arrive pas à trouver une issue à cette crise larvée et qui a fait des dizaines de milliers de morts, notamment des civils. Mardi encore, la rencontre internationale sur ce conflit syrien, à Vienne, s'est soldée par un nouvel échec. Elle s'est terminée sans date de reprise des pourparlers de paix entre Syriens, malgré les promesses de Washington et de Moscou qui parrainent ces discussions. Les grandes puissances ont promis toutefois de travailler à l'établissement d'un cessez-le-feu durable.

«Nous nous sommes mis d'accord pour ne pas rester sans réaction si des parties prenaient des initiatives visant à autre chose qu'à un accord et qu'à la paix », a déclaré le secrétaire d'Etat américain John Kerry, lors d'une conférence de presse à l'issue de ces discussions du Groupe international de soutien à la Syrie (GISS), co-présidé par la Russie et les Etats-Unis. Pour le Secrétaire d'Etat américain, la date du 1er août est fixée pour que les parties impliquées dans le conflit syrien conviennent du cadre d'une transition politique: un «objectif» et pas «une date butoir».

Selon les termes du plan de paix approuvé par le Conseil de sécurité des Nations Unies, le régime de Bachar al-Assad et son opposition ont jusqu'en août pour s'accorder sur le cadre d'une transition politique. «La date d'août n'est pas une date butoir, c'est un objectif. Nous reconnaissons tous que si nous faisons des progrès significatifs et si nous avançons, nous respecterons ce processus», a déclaré John Kerry, à l'issue de la réunion de Vienne.

De son côté, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a affirmé que Moscou ne «soutenait pas le régime syrien de Bachar al-Assad, mais le combat contre le terrorisme». Et il a jouté : «sur le terrain, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 il y a 11 mois

    Déclencher les conflits , verser l'huile sur le feu , livrer des armes, oui! Mais savoir maitriser les crimes et prendre ses responsabilités est une toute autre affaire...