Syrie-Affrontements entre forces pro-turques et miliciens kurdes

le
0
    AMMAN, 21 novembre (Reuters) - Des rebelles syriens alliés 
de la Turquie se sont heurtés lundi à des milices kurdes 
soutenues par les Etats-Unis, les deux camps étant lancés dans 
une course de vitesse pour reprendre la localité d'Al Bab tenue 
par l'organisation Etat islamique (EI) dans le nord de la Syrie. 
    Cette agglomération est la dernière d'importance que 
contrôle le groupe djihadiste dans la région frontalière de la 
Turquie. 
    Les combats se sont produits dans le village de Cheikh 
Nasser, tenu jusqu'à récemment par l'EI. Ils ont impliqué des 
membres des Forces démocratiques syriennes (FDS), coalition de 
combattants kurdes et arabes appuyée par le Pentagone et dont 
les milices des Unités de protection du peuple (YPG) forment la 
colonne vertébrale. 
    "Nous nous sommes heurtés aux Kurdes des YPG et nous avons 
pris le village", a déclaré Abou Assad Dabiq, commandant d'unité 
dans l'opération "Bouclier de l'Euphrate" lancée fin août par 
l'armée turque. 
    Cette opération, qui implique des blindés, des unités 
d'artillerie et l'aviation turque, soutient principalement des 
rebelles arabes et turkmènes dans le nord de la Syrie. 
    Son objectif est de repousser l'Etat islamique mais 
également d'empêcher les Kurdes de profiter de ce reflux pour 
obtenir des gains territoriaux. 
    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé la semaine 
passée que l'objectif premier de "Bouclier de l'Euphrate" était 
de reprendre Al Bab située à 30 km au sud de la frontière. 
    La deuxième étape concernera Manbij dont les Kurdes ont 
chassé cet été les djihadistes et la troisième visera Rakka, 
fief de l'EI en Syrie. 
    Jusqu'à présent, les affrontements directs entre rebelles 
pro-turcs et milices kurdes avaient été limités.  
    Les FDS ont récupéré d'importantes étendues de territoire à 
l'est et à l'ouest d'Al Bab et se sont emparées de toute une 
série de villages environnants avant de consolider leurs 
positions par l'envoi de troupes depuis Manbij. 
    "Les YPG essaient d'avancer dans des zones où nous 
progressons", a commenté Abou Assad Dabiq, dont les troupes 
travaillent à renforcer leurs positions à quelques km d'Al Bab 
afin de contenir les troupes kurdes. 
    "Ils sont en concurrence avec nous pour atteindre Al Bab. 
Ils travaillent à couper toutes les routes en provenance d'Alep 
ou en direction d'Al Bab", a-t-il ajouté. 
    Les FDS ont créé une enclave de fait entre les groupes 
rebelles sunnites des positions de l'armée syrienne plus au sud, 
a expliqué Dabiq. 
    La prise d'Al Bab constituerait un succès d'importance pour 
la Turquie qui tente d'imposer une zone tampon entre les combats 
et son territoire et qui veut empêcher les Kurdes de réunir les 
zones qu'ils contrôlent à l'est et à l'ouest de l'Euphrate. 
    L'armée syrienne se trouve, elle, à une douzaine de 
kilomètres de la ville et le gouvernement de Damas a fait avoir 
qu'il ne laisserait par les alliés de la Turquie s'emparer de la 
localité.    
 
 (Suleiman Al-Khalidi; Pierre Sérisier pour le service français, 
édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant