Syrie : accord pour un cessez-le-feu d'ici une semaine

le , mis à jour à 09:42
0
Syrie : accord pour un cessez-le-feu d'ici une semaine
Syrie : accord pour un cessez-le-feu d'ici une semaine

Les principaux acteurs du dossier syrien sont tombés d'accord sur une «cessation des hostilités» en Syrie dans un délai d'une semaine. La réunion, qui a permis cette avancée, a duré plus de cinq heures à Munich (Allemagne) et s'est terminée dans la nuit de jeudi à vendredi. Un accès accru de l'aide humanitaire aux civils en détresse a également été convenu. 

Les Etats-Unis et la Russie vont piloter les «modalités» de mise en oeuvre de cette cessation des hostilités, a précisé le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. «Les résultats seront mesurés par ce qui se passera sur le terrain (...) pas sur les mots qui sont sur un bout de papier ce soir» a mis en garde son homologue américain John Kerry à l'issue de la réunion du Groupe international de soutien à la Syrie (ISSG). «Cet arrêt des hostilités concernera toutes les parties du conflit à l'exception des «groupes terroristes Daech et Al-Nosra», a-t-il ajouté.

Londres a réagi à l'accord via un communiqué du ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond pour qui il pourra être appliqué avec succès que s'il y a «un changement de comportement» du pouvoir syrien et de la Russie.

Les négociations intersyriennes doivent reprendre dès« que possible»

«Nous avons aussi convenu d'accélérer et d'élargir la fourniture d'aide humanitaire dès à présent» à une série de villes assiégées, a complété John Kerry, en citant entre autres Deir Ezzor (est), où les forces loyalistes sont assiégées par Daech. Un groupe de travail piloté par l'ONU va se réunir dès ce vendredi à Genève pour mettre en oeuvre ce volet humanitaire et fera des «comptes rendus hebdomadaires», a-t-il précisé.

Depuis le 1er février, le régime de Bachar al-Assad, appuyés par l'aviation russe, a lancé une violente offensive notamment contre les rebelles retranchés à Alep, deuxième ville du pays. Plus de 60 000 personnes ont été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant