Syrie : accord à Genève sur les principes d'une transition

le
0
L'accord, signé notamment par la Russie et le Chine, prévoit la formation d'un gouvernement de coalition avec des membres du gouvernement actuel, sans préciser quel rôle serait laissé à el-Assad.

Alors que le plan Annan est plus menacé que jamais sur le terrain, le médiateur international a annoncé la conclusion d'un accord samedi à Genève entre les pays membres du «Groupe d'action». Cet accord prévoit la mise en place d'un gouvernement de transition qui pourrait inclure des membres du gouvernement actuel.

La formation de ce gouvernement se fera sur la base d'un consentement mutuel, a déclaré le représentant spécial de la Ligue arabe et des Nations unies pour la Syrie, sans préciser quel rôle serait laissé au président Bachar el-Assad. La question du maintien du président syrien est pourtant cruciale, l'opposition syrienne a fait savoir jeudi qu'elle rejetterait tout plan qui n'appelle pas explicitement à son départ.

«Le temps presse»

«C'est au peuple de parvenir à un accord politique, mais le temps presse», a déclaré Kofi Annan, qui a ajouté que les différents camps devaient lui envoyer des représentants pour mener les discussions. «Le conflit doit ü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant