Syrie : à Tal Rifaat, nul n'a oublié le massacre de 1982

le
0
REPORTAGE - Abou Ismaël raconte comment il a été emprisonné au début des années 1980, accusé d'être un sympathisant des Frères musulmans.

Abou Ismaël est un vieux monsieur édenté aux cheveux blancs. Quand il a été arrêté en 1982 par la police secrète syrienne, il était un homme dans la force de l'âge, propriétaire d'un supermarché à Alep. A-t-il été dénoncé injustement comme Edmond Dantès, ou bien était-il vraiment un sympathisant des Frères musulmans? Lui assure ne jamais avoir appartenu aux Ikhwan, les «Frères». Fondée ou non, l'accusation était à l'époque suffisante pour disparaître à jamais dans les geôles du régime d'Hafez el-Assad, le père de Bachar.

Au début des années 1980, le régime syrien est engagé dans une lutte à mort avec un soulèvement islamiste dirigé par les Frères musulmans. Le frère du dictateur, Rifaat el-Assad, rase Hama, le centre de la révolte, faisant au moins 20.000 morts. Dans toute la Syrie, les Frères et leurs sympathisants sont pourchassés, arrêtés, torturés. Les mosquées sont fermées, le port du voile islamique interdit. Des centaines d'offici

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant