Syrie: 62 morts découverts après un carnage à Banias

le
0
Syrie: 62 morts découverts après un carnage à Banias
Syrie: 62 morts découverts après un carnage à Banias

Le conflit perdure et la liste de morts s'allonge chaque jour un peu plus en Syrie. Samedi, au moins 62 corps ont été découverts dans un quartier de Banias, dans l'ouest du pays, pris d'assaut la veille par les forces du régime et où les rebelles poursuivent une guerre d'usure contre Bachar al-Assad.

Damas ne dit rien sur ces massacres. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), basé à Londres, fait part de «dizaines de corps d'habitants tués vendredi lors de l'assaut de l'armée et des membres alaouites de l'Armée de défense nationale (supplétifs) dans le quartier de Ras al-Nabaa à Banias, habité par des sunnites».

L'opposition a estimé que la multiplication de ces atrocités relevait du nettoyage ethnique contre les sunnites dans cette région alaouite, religion du président Bachar al-Assad, lançant un appel au Conseil de Sécurité de l'ONU. «Nous avons pu identifier 62 corps, dont 14 enfants mais ce nombre peut augmenter car des dizaines de citoyens sont toujours portés disparus», a ajouté cette ONG qui s'appuie sur un large réseau de militants, de médecins et de sources militaires à travers le pays.

De son côté, la Coalition de l'opposition indique, dans un communiqué, que «la multiplication des tueries se transforme en opération de nettoyage ethnique qui ressemble à celle mené par les forces serbes en Bosnie il y a vingt ans», faisant allusion au conflit en ex-Yougoslavie.

La Coalition fait en outre état d'«un exode de la population»

Après ce carnage, des centaines de familles fuyaient, samedi, les quartiers sunnites. «Elles ont commencé à fuir ce matin à l'aube les quartiers sunnites du sud de la ville en direction de Tartous et Jablé», respectivement au sud et au nord de Banias, a déclaré à l'AFP le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

Jeudi, un autre carnage avait eu lieu dans le village sunnite de Bayda, en périphérie sud de Banias. L'OSDH avait fait état d'au moins 50 morts,...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant