Syrie : 25 civils tués par des bombardements de l'armée régulière près de Homs

le
0
Syrie : 25 civils tués par des bombardements de l'armée régulière près de Homs
Syrie : 25 civils tués par des bombardements de l'armée régulière près de Homs

Au moins 25 civils, dont 11 enfants, ont péri samedi soir dans des raids aériens de l'armée du régime syrien sur deux secteurs rebelles de la province centrale de Homs, alerte ce dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans la ville de Talbiseh, ce sont 18 personnes, dont 16 de la même famille, qui ont péri dans les raids, l'ONG précisant que 10 enfants et trois femmes sont parmi les victimes. Le bilan pourrait s'aggraver en raison du nombre important de blessés et du risque de découvrir des corps ensevelis sous les décombres, précise l'ONG. Une vidéo postée par les militants montre des bulldozers dans la nuit en train de dégager les gravats à la recherche d'éventuels survivants.

Mi-septembre, près de cinquante personnes avaient été tuées dans des bombardements à Talbiseh. Avec la ville de Rastane (Al Rastan), également dans cette province, Talbiseh a été une des premières villes syriennes à se rebeller contre le régime du président Bachar al-Assad en 2011. Elle est assiégée et bombardée depuis plus de deux ans par les troupes loyalistes.

«Le régime veut contrôler tout Homs»

Dans la ville même de Homs, six hommes et un enfant, dont trois de la même famille, ont péri dans des raids sur Waer, le seul quartier de la ville encore aux mains des rebelles, depuis mai et leur retrait des quartiers centraux de la vieille ville. «Le régime veut soumettre Waer car il veut contrôler tout Homs», troisième ville de Syrie, analyse l'OSDH.

Les rebelles ont perdu de nombreux bastions depuis un an face au régime appuyé par le Hezbollah chiite libanais mais aussi face aux jihadistes de l'Etat islamique (EI) dans le nord et l'est du pays. Ils défendent notamment leurs bastions dans la province septentrionale d'Alep, où ils doivent affronter leurs deux ennemis alors qu'ils sont nettement moins bien équipés et moins bien formés. 

Dans le conflit qui ravage la Syrie depuis plus de trois ans et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant