Syrie : 230 corps retrouvés dans une fosse commune

le
1
Syrie : 230 corps retrouvés dans une fosse commune
Syrie : 230 corps retrouvés dans une fosse commune

Les corps de 230 personnes exécutées par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) ont été découverts par leurs proches dans une fosse commune dans la province syrienne de Deir Ezzor, dans l'est du pays ravagé par la guerre. C'est ce qu'a indiqué mercredi une ONG, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) qui s'appuie sur un large réseau de militants qui combattent depuis plus de trois an et demi le régime de Bachar al-Assad. 

Les victimes sont des membres de la tribu sunnite des Chaïtat, originaire de cette province pétrolière, qui s'était soulevée contre l'EI. Au total plus de 900 d'entre eux ont péri, selon l'OSDH qui a précisé que «la vaste majorité» des morts étaient des civils et beaucoup ont été exécutés de sang froid en guise de «représailles» à leur soulèvement contre l'EI qui s'est emparé de vastes régions de Syrie, dont la quasi-totalité de la province de Deir Ezzor.

Les membres des Chaïtat ont découvert le charnier après avoir été autorisés par le groupe ultra-radical sunnite Etat islamique à regagner leur village d'où ils avaient été chassés. Pour revenir, ils ont dû accepter de respecter un couvre-feu nocturne, de ne pas se rassembler et de ne pas porter des armes.

Le conflit en Syrie a commencé en mars 2011 avec la répression de manifestations pacifiques anti-régime, qui a provoqué une insurrection armée contre le pouvoir du président Bachar al-Assad. Celle-ci a été largement éclipsée par la montée en puissance en 2013 de groupes jihadistes, dont l'Etat islamique.

L'ONU prolonge l'autorisation de passage transfrontalier de l'aide. Le Conseil de sécurité de l'ONU a prolongé d'un an, jusqu'au 10 janvier 2016, l'autorisation pour les convois onusiens de passer par les frontières de la Syrie pour livrer de l'aide à des centaines de milliers de civils, en particulier dans les zones rebelles. L'organisation internationale évoque «une situation humanitaire dévastatrice», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 35924358 le jeudi 18 déc 2014 à 06:17

    Aucun post sur cette dépêche. Aucune réaction de l'Onu. Normal car pas de palestinien parmi les victimes.