SYNTHESE USA 2016-A J-2, Trump exfiltré d'un meeting, Clinton brave la pluie

le
0
    * Trump brièvement évacué à Reno après une fausse alerte 
    * Les deux candidats lancés dans un ultime marathon 
électoral 
    * A deux jours du scrutin, Clinton est toujours en tête mais 
les sondages dessinent une course serrée jusqu'au bout 
 
    par Emily Stephenson et Amanda Becker 
    RENO, Nevada/PHILADELPHIE, Pennsylvanie, 5 novembre 
(Reuters) - A moins de 72 heures de l'ouverture des bureaux de 
vote aux Etats-Unis, la campagne présidentielle a connu samedi 
soir une énième péripétie avec l'exfiltration express de Donald 
Trump en plein meeting à la suite d'une fausse alerte. 
    Le candidat républicain s'adressait à ses partisans à Reno, 
dans le Nevada, lorsqu'un mouvement de foule s'est produit dans 
l'assistance et que des gens ont crié à propos d'un pistolet. 
    Deux agents du Secret Service, chargé de la protection des 
présidents et des candidats, ont aussitôt saisi l'homme 
d'affaires par les épaules pour l'emmener en coulisse tandis que 
des policiers se précipitaient sur un homme blanc situé parmi 
les premiers rangs de la foule.  
    En fait d'alerte, il s'agissait simplement d'un sympathisant 
républicain hostile à la candidature de Trump venu manifester 
son opposition. 
    Relâché dans la soirée après quelques heures 
d'interrogatoire, Austin Crytes a confié à la chaîne de 
télévision locale KTVN-2 avoir voulu, par son geste, illustrer 
le contraste entre Barack Obama, qui a appelé la veille la foule 
à respecter un manifestant qui venait de perturber un de ses 
meetings de soutien à Hillary Clinton en Caroline du Nord, et 
Donald Trump. "Je voulais que les gens comprennent la 
différence", a-t-il poursuivi.  
    Le candidat républicain, apparemment guère troublé par 
l'incident, est ensuite revenu sur scène pour reprendre son 
discours de campagne. "Personne n'a dit que cela serait facile 
pour nous, mais personne ne pourra nous arrêter", a-t-il dit. 
  
     
    MARGES MINIMES 
    Le bref incident témoigne de la nervosité qui s'est emparé 
des esprits à l'approche de l'élection de mardi. 
    Alors qu'Hillary Clinton pensait la victoire pratiquement 
acquise il y a dix jours à peine, les cartes ont été rebattues 
depuis que le FBI a relancé le 28 octobre dernier l'affaire des 
courriels qui pollue sa campagne depuis mars 2015.   
    Les courbes des intentions de vote se sont resserrées. La 
dernière moyenne des sondages réalisée par le site Real Clear 
Politics ne lui donne plus dimanche matin que 1,7 point 
d'avance, à 46,6% contre 44,9% pour son rival républicain. 
    Dans les Swing States, ces Etats où l'équilibre entre 
électeurs démocrates et républicains varie d'un scrutin à 
l'autre, Trump fait la course en tête dans l'Ohio avec une marge 
de 3,3 points, le New Hampshire (+1,6) et en Caroline du Nord 
(+0,8). Clinton est devant en Floride (+1,2), en Pennsylvanie 
(+2,4), dans le Colorado (+2,9) et dans le Michigan (+4). 
    C'est dans ces Etats que se décidera l'issue, mardi, de la 
longue course vers la Maison blanche entamée il y a plus d'un an 
- Clinton est en campagne depuis avril 2015, Trump depuis juin 
2015 -, et les candidats investis par les deux principaux partis 
se sont engagés dans un marathon pré-électoral, multipliant les 
déplacements et les meetings, ajoutant de nouveaux rendez-vous à 
un agenda en réaménagement permanent. 
    Avant le Nevada et son meeting perturbé à Reno, Trump, qui 
privilégie les rassemblements massifs, avait fait étape samedi 
en Floride et en Caroline du Nord. 
    Il s'en est pris notamment à la résistance physique de son 
adversaire, un des axes privilégiés de ses attaques. "Regardez, 
je suis là, ce genre de choses, j'en fais cinq à six par jour et 
Hillary, elle, elle rentre chez elle, elle rentre pour dormir. 
Et si elle voulait faire pareil, ce qu'elle ne veut pas, elle 
n'en aurait pas l'énergie, croyez-moi." 
     
    APRÈS JAY Z ET BEYONCÉ, KATY PERRY AU SOUTIEN DE CLINTON 
    Bravant la pluie, Hillary Clinton, qui a opté pour des 
apparitions plus ciblées et symboliques, auprès notamment de 
figures de l'électorat latino, a également passé une partie de 
la journée de samedi à sillonner la Floride, où s'était jouée la 
victoire de George Bush sur Al Gore en 2000. Le "Sunshine State" 
désignera mardi 29 des 538 grands électeurs du Collège 
électoral. A ce titre, il est le Swing State le plus précieux.  
    "Je suis ravie d'être ici et on peut dire que vous êtes 
résistants. Qu'il pleuve ou qu'il fasse beau, vous êtes prêts", 
a-t-elle dit d'une voix cassée à ses partisans réunis à Pembroke 
Pines. 
    L'averse l'a cependant contrainte à écourter son discours. 
"Je ne pense pas avoir besoin de vous dire toutes les mauvaises 
choses au sujet de Donald Trump", a-t-elle ironisé.   
    Dans la soirée, elle s'est rendue à Philadelphie, en 
Pennsylvanie, où la chanteuse Katy Perry s'est produite en 
concert de soutien. "Lorsque vos enfants et vos petits-enfants 
vous demanderont ce que vous avez fait en 2016, quand tout était 
encore possible, je veux que vous puissiez leur répondre que 
vous avez voté pour une Amérique meilleure, pour une Amérique 
plus forte", a lancé Clinton.  
    Vendredi soir, c'est le couple star de l'industrie musicale 
américaine, Beyoncé et Jay Z, qui avait donné un concert aux 
côtés de la candidate démocrate à Cleveland, dans l'Ohio, un des 
autres Swing States particulièrement convoités. 
    Donald Trump a prévu ce dimanche des meetings de campagne 
dans l'Iowa, le Minnesota, le Michigan, la Pennsylvanie et la 
Virginie, voulant l'emporter dans ces Etats qui ont voté en 
faveur des candidats démocrates lors des dernières élections 
présidentielles. 
    Clinton est attendue elle lundi à Grand Rapids, dans le 
Michigan, avant un retour à Philadelphie accompagnée cette fois 
par Barack et Michelle Obama. 
     
    VOIR AUSSI 
    Trump évacué lors d'un meeting dans le Nevada:   
    LE POINT sur la campagne présidentielle:         
 
 (Jean-Stéphane Brosse, Benoît Van Overstraeten et Henri-Pierre 
André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant