SYNTHESE-Ukraine-Entretien téléphonique à 4, tirs dans le Sud

le
1

* Les ministres des A.E des quatre devraient se voir bientôt * Porochenko réclame une force de maintien de la paix dans l'Est * Nouvelles violations de la trêve, notamment dans le Sud-Est par Richard Balmforth et Pavel Polityuk KIEV, 19 février (Reuters) - La France et l'Allemagne ont tenté jeudi matin de sauver l'accord de paix de Minsk, via une nouvelle conférence téléphonique à quatre, alors même que l'armée ukrainienne signalait de nouvelles violations du cessez-le-feu. L'accord conclu voici une semaine lors d'une réunion des dirigeants français, allemand, ukrainien et russe dans la capitale biélorusse semble avoir fait long feu avec l'assaut contre la ville stratégique de Debaltseve, dont les séparatistes se sont emparés mercredi. Face à ce nouveau coup dur pour l'armée ukrainienne, le président ukrainien Petro Porochenko a réclamé le déploiement d'une force internationale de maintien de la paix, sous mandat de l'Onu. "Le meilleur format, pour nous, c'est une mission de police de l'UE", a déclaré Porochenko. Les séparatistes ont aussitôt rejeté une telle idée, estimant que ce serait une violation de l'accord de Minsk. Lors de la conférence téléphonique de jeudi matin, Moscou, Kiev, Berlin et Paris ont dénoncé les violations de cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine et sont convenus d'appliquer l'intégralité de l'accord de Minsk du 12 février, a indiqué l'Elysée dans un communiqué. Les ministres des Affaires étrangères du "format de Normandie" (Allemagne, Ukraine, Russie, France) doivent en outre se parler ce jeudi pour définir les modalités du mécanisme de supervision de l'accord du 12 février, précise le communiqué. Une rencontre entre les quatre chefs de la diplomatie devrait avoir lieu dans les jours qui viennent, peut-être à Paris, a-t-on précisé de source diplomatique française. ENCORE 14 SOLDATS UKRAINIENS TUÉS Petro Porochenko a indiqué de son côté avoir demandé à ses partenaires, lors de cet entretien téléphonique, de "ne pas prétendre que ce qui s'est passé à Debaltseve est conforme aux accords de Minsk". Il a ajouté qu'il avait été décidé lors de la conversation téléphonique que les observateurs de l'OSCE aient pleinement accès à l'ensemble des sites "où ont lieu aujourd'hui des attaques". Le retrait des armes lourdes, qui en vertu de l'accord de Minsk aurait dû débuter mardi, ne pourra se faire que lorsqu'un cessez-le-feu "général" sera respecté, a-t-il ajouté. Or, l'armée ukrainienne a fait état jeudi matin de nouvelles violations du cessez-le-feu. Selon l'armée, les séparatistes ont tiré des roquettes, des obus d'artillerie et de chars à 46 occasions, entre autres dans le secteur de Marioupol, grande ville portuaire tenue par les troupes de Kiev, au bord de la mer d'Azov. Les séparatistes pro-russes ont déclenché des tirs de mortier contre la localité de Chirokine, à 30 km à l'est de Marioupol, et massaient dans le même temps des combattants, ont déclaré des soldats ukrainiens dans cette région. De source militaire à Kiev, on déclarait jeudi matin que 14 soldats de l'armée régulière avaient été tués et 173 autres blessés au cours des dernières 24 heures dans des combats contre les séparatistes. (Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 le jeudi 19 fév 2015 à 15:32

    Cocus contents. que voulez vous de mieux?