SYNTHESE-Theresa May va succéder à David Cameron, veut réussir le Brexit

le
0
    * La ministre de l'Intérieur nommée à la tête des Tories 
    * Elle prendra mercredi le poste de chef du gouvernement 
    * Sa dernière rivale Andrea Leadsom a jeté l'éponge 
    * May était pour le maintien mais promet de "réussir" le 
Brexit 
 
    par Elizabeth Piper et Mark Trevelyan 
    LONDRES, 11 juillet (Reuters) - Theresa May prendra mercredi 
la tête du gouvernement britannique en remplacement de David 
Cameron avec pour mission d'organiser la sortie du Royaume-Uni 
de l'Union européenne, sa dernière rivale pour le poste, Andrea 
Leadsom, ayant jeté l'éponge lundi.  
    La ministre de l'Intérieur, qui est âgée de 59 ans, est la 
seule des candidats à la succession de David Cameron à avoir 
milité, quoique sans grande ardeur, contre le "Brexit" que 52% 
des électeurs britanniques ont choisi lors du référendum du 23 
juin dernier.  
    Le retrait brutal d'Andrea Leadsom, dont la campagne 
paraissait plutôt mal engagée, a accéléré le processus de 
désignation du successeur de David Cameron, que les 150.000 
adhérents auraient dû normalement choisir par un vote d'ici au 9 
septembre. La nomination de Theresa May comme dirigeante du 
Parti tory a du coup été officialisée dès lundi après-midi. 
  
    David Cameron, qui a annoncé sa démission après avoir perdu 
son pari de maintenir le Royaume-Uni au sein de l'UE, a précisé 
qu'il pensait présider le dernier conseil des ministres mardi et 
qu'il répondrait aux questions des députés pendant une 
demi-heure, mercredi aux alentours de 11h00 GMT. 
    "Après cela, je compte me rendre au palais de Buckhingham et 
présenter ma démission", a-t-il dit à la presse devant le 10, 
Downing Street. "Donc nous aurons ici un nouveau Premier 
ministre mercredi soir." 
     
    "BREXIT SIGNIFIE BREXIT" 
    La nomination de Theresa May au poste de Premier ministre, 
deuxième femme à diriger le gouvernement britannique après 
Margaret Thatcher (1979-1990) ne donnera pas pour autant un coup 
d'accélérateur au Brexit, cette dernière ayant prévenu que 
Londres devait d'abord élaborer sa stratégie de négociation et 
ne déclencherait pas le processus de sortie, en invoquant 
l'article 50 du traité de Lisbonne, avant la fin de l'année.  
    Theresa May a en revanche répété ces derniers jours qu'il 
n'y aurait pas de nouveau référendum et pas non plus d'autre 
tentative pour rester dans l'UE. "Brexit signifie Brexit et nous 
allons en faire une réussite(...). Nous devons unir notre pays", 
a-t-elle déclaré après sa nomination à la tête des Tories. 
    Lors d'un discours près de Berlin lundi, Angela Merkel a 
invité le Royaume-Uni à clarifier au plus vite sa position quant 
à l'avenir de ses relations avec l'Union européenne. 
  
    Andrea Leadsom était relativement peu connue du grand public 
jusqu'à ce qu'elle s'engage en faveur du "Brexit". Elle a essuyé 
récemment de vives critiques après avoir estimé qu'être mère lui 
donnait, pour conduire le pays, un avantage sur Theresa May, qui 
n'a pas d'enfants. Certains conservateurs se sont dits écoeurés 
par ces propos, d'autres ont jugé qu'ils témoignaient d'une 
certaine naïveté.  
    "Je suis (...) parvenue à la conclusion que les intérêts de 
notre pays seraient mieux défendus par la nomination, sans 
attendre, d'un Premier ministre ayant les coudées franches, 
disposant d'un large soutien. Aussi, je me retire de l'élection 
à la tête du parti et je souhaite à Theresa May de réussir 
pleinement", a déclaré la secrétaire d'Etat à l'Energie en 
annonçant son retrait. 
    La livre sterling, qui a atteint des plus bas de 31 ans 
depuis le résultat du référendum en raison de l'incertitude 
créée par le Brexit, a légèrement rebondi face au constat que le 
processus de désignation d'un successeur à David Cameron serait 
beaucoup plus rapide que prévu.  
    "Theresa a l'endurance, l'intégrité et la détermination 
nécessaires à cette fonction", s'est félicité le ministre des 
Finances George Osborne sur son compte Twitter.   
    Le président américain Barack Obama s'est de son côté dit 
certain que la "relation spéciale" entre les Etats-Unis et le 
Royaume-Uni sortirait renforcée par la nomination de Theresa 
May. 
     
    "AU SERVICE DES GENS SIMPLES" 
    Lors d'un discours à Birmingham, la deuxième ville 
d'Angleterre, Theresa May s'est engagée lundi à placer le 
gouvernement au service "des gens simples qui travaillent" et a 
estimé que le référendum du 23 juin était un vote en faveur de 
"sérieux changements". 
    "La seule surprise, c'est que l'on soit autant surpris à 
Westminster de la volonté de changement des gens. Et ne nous 
trompons pas, le référendum a été un vote pour sortir de l'Union 
européenne, mais cela a été aussi un vote en faveur de sérieux 
changements", a-t-elle dit à la presse et à ses partisans. 
    "Je n'ignorerai pas l'opinion publique quand elle dit son 
ras-le-bol de la politique traditionnelle". 
    "Sous ma direction, le Parti conservateur se placera 
complètement et sans ambiguïté au service des gens simples qui 
travaillent. Nous ferons du Royaume-Uni un pays qui oeuvre pour 
le bien de chacun", a-t-elle enchaîné. 
    "Nous devons réformer l'économie de manière à ce que 
davantage de gens profitent de la prospérité du pays. Nous 
devons remettre les gens aux commandes de leur vie. Nous devons 
donner davantage d'opportunités aux gens", a assuré la ministre 
de l'Intérieur. 
    Côté travailliste, également fortement touché par l'onde de 
choc du Brexit, des élections pour la direction du Parti vont 
être organisées, après réception d'un nombre suffisant de 
candidatures face à Jeremy Corbyn, l'actuel dirigeant, a annoncé 
le secrétaire général du Labour. 
    "J'ai maintenant reçu suffisamment de candidatures pour 
lancer le processus d'élection du chef du Parti travailliste", a 
indiqué Iain McNicol. 
    La députée Angela Eagle a officialisé lundi sa candidature à 
la tête du Labour, estimant Jeremy Corbyn incapable de battre le 
Parti conservateur au pouvoir. 
 
 (Kate Holton, William Schomberg et Estelle Shirbon; Eric Faye 
et Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant