SYNTHESE-Syrie-Malgré les raids, l'EI se rapproche de Kobani

le
0

* La Grande-Bretagne rejoint la coalition * Les frappes portent leurs fruits, dit Washington * Le gouvernement syrien intensifie ses raids aériens par Jonny Hogg et Raheem Salman KARACA, Turquie/BAGDAD, 26 septembre (Reuters) - Les djihadistes de l'Etat islamique (EI) ont resserré leur étau vendredi autour de la ville syrienne de Kobani, près de la frontière turque, malgré les raids aériens de la coalition conduite par les Etats-Unis. Cette coalition a été rejointe par la Grande-Bretagne, où les députés ont approuvé par 542 voix contre 43 la décision du Premier ministre David Cameron de s'associer aux opérations contre l'EI en Irak. Le Parlement belge a également donné son feu vert à l'envoi de six chasseurs F-16 en Jordanie, d'où ils participeront aux missions en Irak. Jusqu'au début de cette semaine, la France était le seul pays occidental à avoir répondu à l'appel à la mobilisation contre l'EI lancé par le président Barack Obama. Depuis, l'Australie et les Pays-Bas ont décidé de rejoindre la coalition, qui réunit également des pays arabes comme l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis. Le Danemark va pour sa part envoyer sept chasseurs F-16. La France, si elle a mené des bombardements en Irak, n'envisage pas pour l'instant de frapper en Syrie, a affirmé son ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. ID:nL6N0RR3VC Le général Martin Dempsey, chef de l'état-major interarmes américain, a assuré vendredi que les frappes portaient leurs fruits. Selon lui, elles ont désorganisé les structures de commandement de l'EI et réduit ses capacités logistiques. Il a par ailleurs estimé que les rebelles syriens anti-djihadistes devraient mobiliser au sol entre 12.000 et 15.000 hommes pour reprendre les zones toujours contrôlées par l'EI dans l'est de la Syrie. L'EI DISPERSE SES FORCES EN IRAK Dans la région de Kobani, peuplée majoritairement de Kurdes et que 140.000 personnes ont fui ces derniers jours pour se réfugier en Turquie, les combats entre l'EI et les combattants kurdes du mouvement YPG se poursuivent. Les djihadistes ont apparemment pris le contrôle d'une colline à 10 km à l'ouest de la ville. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), l'EI aurait aussi occupé un village à 7 km à l'est de Kobani, localité également connue sous le nom d'Aïn al Arab. L'armée américaine a annoncé que ses avions avaient détruit vendredi quatre chars de l'EI dans l'est de la Syrie et frappé plusieurs objectifs en Irak. D'après l'OSDH, une frappe dans l'Est syrien a tué un dirigeant "important" de l'EI qui circulait à moto. De son côté, l'armée de l'air syrienne a intensifié ses bombardements sur les positions rebelles dans l'ouest et le nord du pays. Des raids ont été menés dans les provinces de Hama, Idlib, Homs et Alep, ainsi qu'autour de Damas, la capitale, ajoute l'OSDH. Dans la province de Homs, cinq personnes ont été tuées par l'une de ces attaques dans la ville d'Al Rastan. Un autre raid de l'aviation gouvernementale a fait neuf morts à l'est d'Alep. En Irak, les djihadistes ont apparemment changé de stratégie à a suite des attaques de la coalition, renonçant notamment à rouler en convoi et dispersant leurs forces. ID:nL6N0RR3VZ Selon plusieurs sources, un raid jeudi près de Bachir, à 20 km au sud de Kirkouk, a tué deux chefs locaux de l'EI qui recevaient des militants venus de Mossoul et de Syrie. (Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant