SYNTHESE-Le nouveau PM irakien soutenu par les USA et l'Iran

le
0

* Abadi félicité par Ali Khamenei, le Guide iranien * Les USA n'excluent pas d'augmenter leur aide * Pas de position commune de l'UE sur la fourniture d'armes * Mais aide supplémentaire de Bruxelles aux déplacés par Michael Georgy et Ahmed Rachid BAGDAD, 13 août (Reuters) - Le nouveau Premier ministre irakien Haïder al Abadi a obtenu le soutien des Etats-Unis et de l'Iran mardi tandis qu'il appelait la classe politique irakienne à mettre fin aux luttes intestines qui ont permis aux djihadistes de s'emparer d'un tiers du pays. Soutenu dans les chancelleries occidentales, Haïder al Abadi est contesté chez lui. Son prédécesseur, Nouri al Maliki, chiite comme lui, refuse de démissionner après huit années au pouvoir qui ont eu pour effet de lui aliéner la minorité sunnite, qui était au pouvoir sous Saddam Hussein, et suscité la colère de Washington et Téhéran. Toutefois, des milices chiites et des chefs militaires longtemps loyaux à Maliki ont laissé entendre qu'ils soutenaient le changement, comme de nombreuses personnes dans les rues de Bagdad qui souhaitent la fin des affrontements communautaires. La Turquie et l'Arabie saoudite, voisins de l'Irak, ont également salué la nomination d'Haïder al Abadi. Selon un communiqué du bureau du bureau de Maliki, le chef du gouvernement sortant a dit avoir rencontré les chefs de l'armée et de la police pour leur demander de "ne pas se mêler de la crise politique". Mardi, un kamikaze s'est fait sauter à un barrage de contrôle près du domicile du nouveau Premier ministre, ont annoncé la police et les médias. Il n'a pas été fait état de blessés. En outre, 17 personnes ont été tuées dans deux attentats à la voiture piégée dans des quartiers chiites de Bagdad. Une fois que sera constitué le nouveau gouvernement, les Etats-Unis pourraient octroyer une aide militaire, économique et politique supplémentaire à l'Irak, a indiqué le secrétaire d'Etat américain. En visite mardi en Australie, le chef de la diplomatie américaine a appelé Haïder al Abadi à constituer rapidement son équipe gouvernementale afin de redonner confiance aux Irakiens. ID:nL6N0QI2HA MILITAIRES SUPPLÉMENTAIRES Le secrétaire à la Défense, Chuck Hagel, a précisé que les Etats-Unis avaient envoyé 130 militaires supplémentaires en Irak. Les soldats, qui sont arrivés dans la journée de mardi dans le secteur autour de la capitale du Kurdistan irakien, Erbil, vont étudier ce qu'il faut faire pour aider les civils irakiens piégés dans les montagnes du Sinjar par l'Etat islamique, indique le Pentagone dans un communiqué. Depuis juin, les Etats-Unis ont envoyé environ 700 militaires en Irak pour protéger les diplomates américains sur place et faire un état des lieux de la capacité militaire de l'Irak. Concernant la fourniture d'armes aux Kurdes d'Irak, l'Union européenne n'est pas parvenue à se mettre d'accord sur une position commune, laissant aux gouvernements qui le souhaitent le soin d'envoyer des armes en prenant contact avec Bagdad. ID:nL6N0QI4RG Parmi les pays favorables à l'envoi d'armes figurent la France, l'Italie et la République tchèque, indiquent des diplomates. Mais ces pays n'ont pas toutefois dit qu'il allaient mettre leur souhait à exécution. La Commission européenne a par ailleurs annoncé une aide supplémentaire de cinq millions d'euros pour les personnes déplacées en Irak, ce qui porte l'enveloppe globale à 17 millions d'euros. Signe de la convergence d'intérêts en Irak entre les Etats-Unis et l'Iran, d'habitude ennemis, les autorités irakiennes ont félicité Haïder al Abadi pour sa nomination. "L'Iran soutien le processus légal enclenché en ce qui concerne le choix du nouveau Premier ministre d'Irak", a déclaré le représentant du Guide suprême iranien, l'Ayatollah Ali Khamenei. "L'Iran est favorable à un Irak intégré, sécurisé et où règne la cohésion", a-t-il déclaré, semblant appeler Maliki à faire des concessions. Selon un politique proche d'Abadi, le nouveau Premier ministre a commencé à prendre contact avec les principaux groupes politiques sur la formation du gouvernement. Le président a dit souhaiter que cela soit chose faite le mois prochain. (Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant