SYNTHESE-L'armée ukrainienne entame son retrait de Debaltseve

le
0

* Des combats se poursuivraient à Debaltseve * Délai de retrait des armes lourdes non respecté des deux côtés * L'UE condamne la violation du cessez-le-feu * L'Otan juge l'accord de Minsk menacé par le non respect de la trêve * Entretien téléphonique ce soir des sponsors de l'accord de paix par Pavel Polityuk ARTEMIVSK/KONDRATIEVKA, Ukraine, 18 février (Reuters) - Les forces gouvernementales ukrainiennes ont commencé à se retirer de la ville stratégique de Debaltseve face à l'assaut mené par les rebelles séparatistes pro-russes, assaut vivement condamné par l'Union européenne comme une violation du cessez-le feu conclu à Minsk jeudi dernier. Par la voix de son secrétaire général Jens Stoltenberg, l'Otan s'est déclarée "vivement préoccupée" et a estimé que le non respect de la trêve par les séparatistes menaçait les accords de Minsk conclus jeudi dernier ID:nL5N0VS2YH . Avant de s'envoler pour la ligne de front à Debaltseve, le président ukrainien Petro Porochenko a déclaré que plus de 80% de ses troupes étaient déjà parties après de lourds bombardements et de féroces combats, rue par rue, malgré la trêve entrée en vigueur dimanche. Les rebelles pro-russes estiment que le cessez-le-feu négocié entre l'Ukraine, la Russie, l'Allemagne et la France, à Minsk, la capitale biélorusse, ne s'applique pas à Debaltseve, noeud ferroviaire stratégique qui relie les deux gros bastions de l'Est ukrainien contrôlés par les rebelles, Donetsk et Louhansk. Le président ukrainien et les pays occidentaux estiment que l'assaut mené par les rebelles est renforcé par les chars, l'artillerie et les soldats de l'armée russe. Moscou dément avoir envoyé des forces pour combattre dans cette zone que le président russe Vladimir Poutine dit faire partie de ce qu'il appelle Novorossia, "la Nouvelle Russie." La chef de la diplomatie de l'Union européenne Federica Mogherini a accusé les séparatistes de violer l'accord de Minsk et a suggéré que de nouvelles sanctions pourraient être prises. "Les actions des séparatistes soutenus par la Russie à Debaltseve sont une claire violation du cessez-le-feu", a déclaré la Haute Représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. ID:nL5N0VS26E "L'UE est prête à prendre les mesures appropriées si les combats et autres développements négatifs en violation des accords de Minsk se poursuivent", a-t-elle déclaré. Les dirigeants allemand, français, ukrainien et russe auront ce mercredi soir une conversation téléphonique sur la situation en Ukraine, a annoncé le porte-parole du gouvernement français. "L'accord de Minsk n'est pas mort et on fera tout pour faire vivre cet accord", a déclaré Stéphane Le Foll. ID:nL5N0VS2IR EXTÉNUÉS L'Allemagne a pour sa part condamné l'offensive militaire des séparatistes pour s'emparer de Debaltseve, tout en estimant elle aussi qu'il était trop tôt pour dire que les accords de paix conclus dans la capitale biélorusse étaient morts. ID:nL5N0VS2J2 Le président russe Vladimir Poutine n'a montré aucun signe d'apaisement. Il a demandé mardi soir au gouvernement ukrainien de laisser ses soldats se rendre aux combattants pro-russes pour éviter un bain de sang. ID:nL5N0VR0T6 Quelques heures plus tard, le retrait ukrainien était en cours. Un journaliste de Reuters a raconté avoir vu des soldats ukrainiens exténués, certains en colonnes, d'autres à bord de véhicules, arriver mercredi à Artemivsk, située à une trentaine de kilomètres au nord de Debaltseve. ID:nL5N0VS1U Des combattants soutenant le gouvernement ukrainien ont confirmé le retrait de certaines forces mais, selon certaines informations, des combats se poursuivraient dans la ville. Un journaliste de Reuters près de Debaltseve a dit avoir vu de la fumée noire s'élever au-dessus de la ville et entendu de fortes explosions pendant plusieurs heures après le début du retrait. "Le retrait des troupes de Debaltseve est mené de manière planifiée et organisée", a déclaré Semen Sementchenko, député au parlement de Kiev et chef de l'unité paramilitaire pro-gouvernementale Donbass. "L'ennemi essaie de couper les routes et d'empêcher la sortie des soldats", écrit-il sur le réseau social Facebook. Même avant le retrait forcé des troupes ukrainiennes de Debaltseve, les accords de Minsk avaient été nettement mis à mal, les deux camps n'ayant pas retiré leurs armes lourdes comme prévu. Ils devaient le faire avant dimanche en principe. Selon l'agence de presse Interfax qui cite la "République populaire de Donetsk", les séparatistes ont commencé à retirer leur artillerie des zones où les combats ont cessé. Malgré l'appel à la reddition lancé par Poutine, la Russie a soutenu la résolution adoptée mardi par le Conseil de sécurité des Nations unies appelant mardi les belligérants à se conformer aux engagements pris à Minsk. ID:nL5N0VR4NA (Thomas Grove et Richard Balmforth; Danielle Rouquié pour le service français, édité par Eric Faye)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant