SYNTHESE-L'armée syrienne avance vers Rakka, combats autour d'Alep

le
0
    par Suleiman Al-Khalidi 
    AMMAN, 4 juin (Reuters) - L'armée syrienne est entrée dans 
la province de Rakka, poursuivant une offensive appuyée par la 
Russie contre l'organisation Etat islamique (EI), rapporte 
l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) samedi. 
    Cette attaque fait partie d'une intensification de la lutte 
contre le groupe djihadiste. Elle s'ajoute à une offensive 
rebelle contre la ville de Manbij, dans le nord-ouest de la 
Syrie près de la frontière turque, avec le soutien des 
Etats-Unis, et à une autre de l'armée irakienne contre celle de 
Falloudja en Irak. 
    Parallèlement, des rebelles islamistes conduits par le Front 
al Nosra, branche syrienne d'Al Qaïda, ont consolidé leurs gains 
au cours des dernières 24 heures dans la campagne au sud d'Alep, 
autour de la ville stratégique de Khan Touman, ont affirmé des 
groupes insurgés syriens.  
    L'aviation russe a mené vendredi d'intenses bombardements 
dans la partie orientale de la province d'Hama, dans la région 
d'Athriya proche de la frontière de la province de Rakka, et 
l'armée syrienne a pu pénétrer dans cette province qui est un 
fief de l'EI. 
    La ville de Rakka, qui est la capitale de fait du groupe 
djihadiste en Syrie, se trouve plus à l'est et sa prise 
constitue, comme celle de Mossoul en Irak, l'objectif final des 
adversaires de l'Etat islamique. 
     
    LES REBELLES GAGNENT DU TERRAIN À MANBIJ 
    Les médias officiels syriens affirment que les troupes 
gouvernementales ont infligé de lourdes pertes à leurs 
adversaires. Ils ne précisent pas l'ampleur des forces engagées 
dans la bataille. 
    Selon l'OSDH, au moins 26 combattants de l'EI ont été tués, 
ainsi que neuf membres des forces loyalistes. 
    L'armée syrienne et ses alliées ne sont désormais plus qu'à 
une quarantaine de km des forces rebelles qui mènent avec 
l'appui des Etats-Unis une offensive pour isoler les positions 
de l'EI au nord d'Alep des territoires que l'organisation 
djihadiste contrôle à l'est de l'Euphrate, où se trouve Rakka. 
    Le quotidien libanais Al Akhbar, connu pour ses positions 
favorables à Damas, écrivait vendredi que l'objectif de 
l'opération de l'armée gouvernementale n'était pas d'atteindre 
Rakka dans les semaines qui viennent, mais la ville de Tabqa et 
le lac de barrage Assad, que domine Tabqa. 
    L'Etat islamique a conquis Tabqa en 2014 lors de son 
expansion fulgurante en Irak et en Syrie. La ville, qui abrite 
une base aérienne, est située à une cinquantaine de km à l'ouest 
de Rakka. Elle se trouve sur l'axe routier stratégique qui relie 
Rakka aux territoires contrôlés par l'EI au nord-est d'Alep.     
    Dans cette région, les rebelles soutenus par les forces 
spéciales américaines continuent à progresser rapidement, en 
particulier dans la poche de Manbij où ils ont gagné du terrain, 
selon des sources kurdes et l'OSDH.  
    Cet assaut vise à empêcher l'Etat islamique d'accéder à la 
frontière turque. 
     
    OFFENSIVE ISLAMISTE AU SUD-OUEST D'ALEP 
    Au sud d'Alep, les rebelles islamistes s'approchent de la 
grande ville d'Hader qui sont, d'après les insurgés, une place 
forte des milices chiites soutenues par l'Iran.   
    Dans un communiqué diffusé samedi, le centre russe de 
surveillance de l'accord de cessation des hostilités a déclaré 
que plus de 1.000 rebelles participaient à une offensive contre 
les positions de l'armée gouvernementale au sud-ouest d'Alep. 
    Cet assaut dirigé par le Front al Nosra avec l'appui du 
groupe islamiste Ahrar al Cham et le parti islamique du 
Turkestan a été annoncé dès vendredi par l'OSDH.  
    Selon des témoignages de civils cités par les observateurs 
russes, des groupes armés partiellement composés de soldats 
turcs sont apparus au nord d'Alep. 
    Le centre de surveillance russe a également déclaré que plus 
de 2.000 rebelles s'étaient regroupés à Sheikh Maqsoud, quartier 
nord de la ville. 
    Selon la même source, des bombardements de la rébellion ont 
fait plus de quarante morts et une centaine de blessés à Alep. 
Moscou impute ces pilonnages au Front al Nosra. 
    L'armée syrienne a déclaré que des tirs de mortiers sur les 
quartiers de Midan et Hamadaniyah, tenus par le gouvernement, 
avaient coûté la vie à une douzaine de personnes.  
 
 (avec Jack Stubb à Moscou; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français, édité par Eric Faye) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant