SYNTHESE-En Syrie, la trêve globalement respectée, des frappes dénoncées

le
0
    * L'opposition dit qu'elle respectera la trêve 
    * Elle accuse la chasse russe de frapper dans la province 
d'Alep 
    * La Russie évoque plusieurs violations du cessez-le-feu 
 
    par Mariam Karouny et Tom Miles 
    BEYROUTH/GENEVE, 28 février (Reuters) - Les combats en Syrie 
semblaient interrompus sur la plupart des fronts dimanche, au 
deuxième jour d'application de l'accord de trêve 
russo-américain, qui semble donc globalement tenir même si 
plusieurs violations ont été dénoncées et si des informations 
font état de frappes aériennes dans la province d'Alep. 
    L'accord est le premier du genre à être mis en oeuvre depuis 
quatre ans et, s'il est respecté, il marquera la trêve la plus 
importante depuis le début du conflit syrien en 2011. 
    Entré en vigueur vendredi à minuit, il ne concerne toutefois 
pas les opérations contre les djihadistes de l'Etat islamique et 
les combattants du Front al Nosra, affilié à Al Qaïda. 
    Moscou et Damas ont assuré qu'ils poursuivraient leur 
offensive contre ces deux groupes mais d'autres factions 
rebelles disent craindre d'être elles aussi visées.  
    Acceptée par le président Bachar al Assad et la plupart de 
ses adversaires, la trêve doit permettre à la fois 
l'acheminement d'aide humanitaire aux populations civiles et 
l'ouverture de nouveaux pourparlers pour tenter de trouver une 
issue à la guerre, qui a déjà fait plus de 250.000 morts et 11 
millions de réfugiés et déplacés.  
    Des insurgés, tout comme l'Observatoire syrien des droits de 
l'homme (OSDH) basé à Londres, ont rapporté que des frappes 
aériennes avaient touché au moins six villes et villages à 
l'ouest et au nord d'Alep et un village de la province d'Hama, 
dans le centre du pays.  
     
    L'ARMÉE D'ASSAD DIT RESPECTER L'ACCORD 
    L'opposition au régime de Damas a accusé la Russie d'avoir 
procédé à ces frappes et ajouté vouloir en appeler aux Nations 
unies et aux pays qui soutiennent le processus de paix. Mais 
elle a assuré qu'elle continuait de respecter la trêve.  
    "Il a été décidé de rester calme, de ne rien faire, et je 
pense qu'ils vont s'en tenir à la trêve", a déclaré Salim al 
Mouslat, porte-parole du Haut conseil pour les négociations 
(HCN). "La journée d'hier était la première pendant laquelle les 
gens ont vraiment pu sortir dans les rues." 
    Une source militaire syrienne a déclaré samedi que l'armée 
régulière ne violait pas l'accord de trêve. Le ministère russe 
de la Défense s'est refusé à tout commentaire.  
    La Russie, dont l'intervention militaire directe dans le 
conflit a renforcé la position d'Assad, a dit avoir recensé neuf 
cas de violation de la trêve en 24 heures, parmi lesquels des 
tirs d'artillerie dans la province de Lattaquié.  
    Sergueï Kouralenko, responsable du centre de coordination 
russe en Syrie, a néanmoins déclaré que la trêve était 
"globalement" respectée. 
    Pour sa part, Salim al Mouslat a expliqué que le HCN 
attendait toujours des précisions sur les moyens mis en oeuvre 
pour veiller au respect de la trêve, ajoutant que les sanctions 
en cas d'éventuelles violations n'étaient pas encore clairement 
définies.  
    Selon l'OSDH, plusieurs personnes ont été blessés lors des 
frappes aériennes visant dimanche plusieurs villes et villages 
de la province d'Alep. 
    Son directeur, Rami Abdoulrahmane, a ajouté que certaines 
des localités visées, parmi lesquelles Daret Azza, étaient 
contrôlées par le Front al Nosra et par d'autres groupes 
islamistes. 
     
    CONFUSION 
    D'autres attaques ont visé les villages et les villes de 
Kabtan al Djebel, Andane, Hreitane, Kfar Hamra et Ma'aret al 
Artik, a dit l'OSDH. Toutes ces localités sont situées dans 
l'ouest de la province d'Alep où opère l'Armée syrienne libre, 
qui est concernée par la trêve. 
    "Nous ne savons pas quels avions ont mené les attaques, de 
même que nous ne sommes pas certains qu'il puisse s'agir d'une 
violation de la trêve parce qu'il n'est pas certain que ces 
villes sont concernées par la trêve", a déclaré Rami 
Abdoulrahmane. 
    Une vidéo envoyée à Reuters par un chef rebelle montrent une 
frappe sur une autre localité, Harbnafseh, à 6h30 (04h30 GMT) et 
une autre à 07h00 (05h00 GMT) selon la voix entendue dans cette 
vidéo.  
    Des rebelles ont aussi accusé les forces gouvernementales 
d'avoir lancé une offensive terrestre pour tenter de prendre le 
village d'Harbnafseh, dans la province d'Hama, proche de 
plusieurs villages alaouites fidèles au pouvoir de Damas.  
    "Nos combattants sont en train de repousser l'attaque (...) 
Le régime essaie d'en reprendre le contrôle", a dit le 
lieutenant-colonel Abou Hamed, responsable du conseil militaire 
Djaïch al Tahrir, une coalition de groupe armée dépendant de 
l'Armée syrienne libre, qui soutient la trêve.  
    Le centre de coordination russe en Syrie a précisé avoir 
reçu des Etats-Unis une liste de 69 groupes armés d'opposition 
ayant accepté les conditions de la trêve, a rapporté par 
ailleurs l'agence russe Interfax.  
    La Russie a directement reçu l'engagement de 17 groupes 
armés de l'"opposition modérée", a précisé le centre dans un 
communiqué cité par Interfax.  
     
 
 (Mariam Karouny et Tom Perry, avec Alexander Winning à Moscou; 
Nicolas Delame et Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant