SYNTHESE-Attentats-Un suspect blessé et arrêté à Bruxelles

le
0
    * Le réseau de Paris et Bruxelles "quasi anéanti", dit 
Hollande 
    * Arrestations en Belgique, en France et en Allemagne 
    * Le deuxième homme du métro peut-être arrêté 
    * Kerry à Bruxelles pour rendre hommage aux victimes 
    * Un Français tué mardi, douze blessés 
 
    par Alastair Macdonald et Jan Strupczewski 
    BRUXELLES/PARIS, 25 mars (Reuters) - La police belge a 
interpellé un homme vendredi à Schaerbeek, dans l'agglomération 
bruxelloise, à la suite des attentats de mardi dans la capitale 
belge et de l'arrestation, la veille près de Paris, d'un 
djihadiste qui projetait une attaque en France dont les 
préparatifs étaient bien engagés. 
    Le président français François Hollande a affirmé que le 
réseau à l'origine des attentats du 13 novembre à Paris et de 
ceux de Bruxelles était "en voie d'être anéanti". 
    "Nous savons qu'il y a d'autres réseaux. Même si celui qui a 
commis les attentats de Paris et de Bruxelles est en voie d'être 
anéanti, il y a toujours une menace qui pèse", a-t-il dit. 
  
    Le suspect arrêté à Schaerbeek n'a pas obtempéré aux ordres 
de la police et a été blessé à la jambe en pleine rue, dans le 
cadre d'une opération de police qui a permis deux autres 
arrestations vendredi. Selon la RTBF, la radio-télévision belge, 
il était en possession d'une valise contenant des explosifs. 
    Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a 
confirmé que l'opération antiterroriste menée jeudi soir à 
Argenteuil (Val-d'Oise) concernait "un réseau extrêmement 
dangereux", mais il s'est refusé à confirmer un lien avec 
l'opération de Schaerbeek.  
    "Nous étions depuis de nombreux mois mobilisés sur un 
individu, des acteurs, une filière, dont nous estimions qu'elle 
était dangereuse et représentait un risque terroriste majeur et 
ce travail a permis de procéder à l'arrestation d'un individu 
qui était connu de nos services et représentait un danger réel", 
a-t-il dit. 
    Neuf personnes au total ont été arrêtées jeudi et vendredi 
en Belgique et deux en Allemagne, les enquêteurs recherchant des 
djihadistes qui seraient liés aux attentats qui ont fait 31 
morts mardi à Bruxelles et 130 à Paris en novembre dernier. 
     
    "FILIÈRE SYRIENNE" 
    Des policiers et des soldats lourdement armés ont bouclé 
vendredi tout un secteur de Schaerbeek, dans le nord de 
l'agglomération bruxelloise. Trois explosions ont été entendues. 
Selon le maire de Schaerbeek, Bernard Clerfayt, il s'agissait 
d'explosions déclenchées par les forces de sécurité. 
    Le maire, rapporte la RTBF, a ajouté que le suspect arrêté 
était lié aux attentats de mardi dans la capitale belge et 
transportait une valise d'explosifs. 
    Selon des témoins, les policiers ont tiré sur le suspect qui 
se trouvait à un arrêt de tram et refusait d'obéir à leurs 
ordres. Il avait un petite fille d'environ huit ans avec lui, 
selon un de ces témoins. 
    "J'ai entendu deux explosions et des tirs. J'ai ouvert la 
fenêtre et j'ai vu un homme à terre près de l'arrêt de tram. Les 
policiers lui ont ordonné de montrer ses mains et d'enlever sa 
veste, ajoutant qu'en cas de refus ils feraient usage de leurs 
armes", a raconté un habitant du quartier au journal La Libre 
Belgique. 
    Une vidéo tournée sur place montre l'homme couché sur le 
flanc, avec à ses pieds des débris de verre provenant de l'abri 
de l'arrêt du tram atteint par les tirs. On voit un robot d'une 
équipe de déminage s'approcher du blessé pour vérifier s'il a 
des explosifs. 
    Sur les six personnes arrêtées jeudi à Bruxelles, trois ont 
été remises en liberté.  
    Trois autres ont été arrêtées vendredi dans la capitale 
belge à la suite de la capture la veille en France de Reda 
Kriket, un Français de 34 ans condamné par contumace en juillet 
dernier à Bruxelles à dix ans de prison pour participation à un 
réseau de recrutement djihadiste, la "filière syrienne". 
     
    PROJET D'ATTENTAT DÉJOUÉ EN FRANCE  
    En Allemagne, deux suspects ont aussi été arrêtés. L'un 
d'eux a reçu mardi sur son téléphone des messages avec le nom du 
kamikaze du métro bruxellois, Khalid el Bakraoui, et le mot 
"fin" en français, trois minutes avant l'explosion à la station 
de métro Maelbeek, affirme le magazine Der Spiegel. 
    Selon une source proche de l'enquête, l'une des personnes 
arrêtées ces dernières heures en Belgique serait l'homme filmé 
par les caméras de surveillance du métro en compagnie de Khalid 
el Bakraoui. 
    Un autre homme, filmé mardi à l'aéroport avec les kamikazes 
Ibrahim el Bakraoui, frère de Khalid, et Najim Laachraoui, n'a 
toujours pas été retrouvé. Selon les enquêteurs, il avait laissé 
derrière lui la plus forte charge, qui a explosé plus tard et 
n'a pas fait de victimes. 
    Jeudi soir, la police française a arrêté Reda Kriket à 
Boulogne-Billancourt, dans la banlieue parisienne, ce que a 
permis selon Bernard Cazeneuve de "mettre en échec un projet 
d'attentat en France, conduit à un stade avancé". 
    Lors du procès de la "filière syrienne" l'été dernier, la 
justice belge avait également condamné Abdelhamid Abaaoud, 
soupçonné d'avoir joué un rôle-clef dans la préparation des 
attentats du 13 novembre, et Chakib Akrouh, tué avec Abaaoud 
dans un assaut donné par les forces de sécurité contre un 
appartement de Saint-Denis le 18 novembre. 
    Le secrétaire d'Etat John Kerry était vendredi en Belgique 
pour rendre hommage aux victimes et a promis aux autorités 
belges et européennes l'aide des Etats-Unis dans la lutte contre 
les djihadistes. "Je suis Bruxellois. Ik ben Brussel", a-t-il 
lancé en français et en néerlandais. 
     A Paris, le ministère des Affaires étrangères a annoncé 
qu'un Français avait été tué dans l'attentat de l'aéroport de 
Bruxelles-Zaventem. Douze autres Français, dont trois sont dans 
un état grave, ont été blessés dans les explosions de l'aéroport 
et de la station de métro Maelbeek. 
 
 (Avec Miriam Rivet, Geert De Clercq, Matthias Blamont, 
Jean-Baptiste Vey et John Irish à Paris, Philip Blenkinsop, 
Julia Fioretti, Barbara Lewis, Bate Felix, Jan Strupczewski, 
Robin Emmott à Bruxelles, Marc Leras à Marseille; Nicolas 
Delame, Jean-Philippe Lefief et Guy Kerivel pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant