SYNTHESE-Attentats de Bruxelles-Le présumé troisième homme remis en liberté

le
0
    * L'homme avait été inculpé pour "assassinat terroriste" 
    * La police veut identifier l'homme qui se trouvait à 
l'aéroport 
    * Le nombre de mort s'élève désormais à 35 
    * Une centaine de personnes toujours hospitalisées 
 
    par Barbara Lewis 
    BRUXELLES, 28 mars (Reuters) - Le parquet fédéral belge a 
libéré lundi pour absence de preuves suffisantes, un homme qui 
avait été inculpé deux jours auparavant en lien avec les 
attentats de mardi dernier à Bruxelles. 
    L'homme, dont seuls le prénom Fayçal et l'initiale du nom C. 
ont été donnés, avait été inculpé samedi pour participation aux 
activités d'un groupe terroriste et assassinat et tentative 
d'assassinat terroriste après avoir été arrêté jeudi dernier. 
    Son domicile a été fouillé mais aucune arme ni explosifs n'y 
ont été retrouvés. 
    "Les indices qui avaient entraîné l'arrestation du nommé 
Fayçal C. n'ont pas été confortés par l'évolution de 
l'instruction en cours. En conséquence, l'intéressé a été remis 
en liberté par le magistrat instructeur", lit-on dans le 
communiqué publié par le parquet fédéral. 
    Cette annonce constitue un coup majeur pour l'enquête qui a 
vu l'arrestation de six personnes en Belgique inculpées de chefs 
moins graves.  
    L'enquête se poursuit aussi dans le reste de l'Europe avec 
des interpellations aux Pays-Bas, en Italie et en France, où le 
même réseau aurait été en préparation d'un nouvel attentat. 
    Les attentats de mardi dernier à l'aéroport et dans le métro 
de Bruxelles ont fait, selon un dernier bilan établi lundi, 35 
morts, sans compter les trois kamikazes. (Deux se sont fait 
exploser à l'aéroport et un dans le métro).    
    Environ 340 personnes ont été blessées et 96 sont toujours 
hospitalisées, dont 55 en soins intensifs, indique un communiqué 
du ministère de la Santé.     
    La presse belge avait présenté l'homme inculpé samedi comme 
étant Fayçal Cheffou, un Belge d'une trentaine d'années 
susceptible d'être "l'homme au chapeau", le troisième homme 
portant un chapeau que l'on voit sur les images prises par les 
caméras de vidéosurveillance à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem 
en compagnie de deux autres, présumés être les kamikazes qui se 
sont fait exploser.   et  . 
    Avant l'annonce de la libération de Fayçal C., la police a 
lancé lundi un nouvel appel à témoins, disant qu'elle cherchait 
à identifier l'homme aperçu sur les images de vidéosurveillance, 
portant une veste légère, des lunettes et un chapeau descendant 
assez bas sur son visage. Les deux kamikazes présumés qui 
marchaient à ses côtés étaient vêtus de noir et ne portaient pas 
de couvre-chef. 
     
    SÉRIE DE PERQUISITIONS 
    Selon la police, l'homme a laissé un bagage contenant une 
bombe au terminal avant de s'enfuir tandis que ses compagnons 
actionnaient leur bombe. 
    L'enquête s'étend sur plusieurs pays et a révélé les liens 
avec le réseau qui a tué 130 personnes le 13 novembre dernier à 
Paris et Saint-Denis. Les deux séries d'attentats ont été 
revendiqués par l'Etat islamique.  
    Les services néerlandais de lutte contre le terrorisme ont  
arrêté dimanche à Rotterdam un Français de 32 ans soupçonné de 
préparer un attentat en France.   
    L'Italie a arrêté samedi un Algérien soupçonné d'avoir 
fabriqué de faux papiers d'identité pour les djihadistes liés 
aux attentats de Paris et Bruxelles.       
    L'Allemagne a également mené une série de perquisitions. 
L'Office fédéral de la police criminelle est à la recherche, 
avec d'autres organismes, d'au moins huit suspects belges et 
français en Syrie ou en Europe, a rapporté le journal dominical 
Welt am Sonntag. 
    En France, la garde à vue de Reda Kriket, militant islamiste 
soupçonné d'un projet d'attentat en France qui en était à un 
"stade avancé", a été prolongée lundi de 24 heures, a-t-on 
appris de source judiciaire. Reda Kriket a été interpellé jeudi 
à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).  
    Le département d'Etat américain a confirmé que quatre 
Américains figuraient parmi les victimes des attentats de mardi 
dernier. Les victimes, au nombre de 35 dont 28 seulement ont été 
identifiées, sont originaires de neuf pays dont la Belgique. 
    La ministre belge de la Santé, Maggie De Block, a annoncé 
lundi que quatre nouveaux blessés étaient décédés. 
    "Quatre patients décédés à l'hôpital. Les équipes médicales 
ont fait tout leur possible. Nombre total de victimes : 35", a 
dit la ministre dans un tweet. 
    Les étrangers tués dans les attentats sont de nationalité 
allemande, américaine, britannique, chinoise, française, 
italienne, néerlandaise et suédoise. 
    L'aéroport de Bruxelles-Zaventem est resté fermé lundi 
tandis que le métro était en service réduit, le lundi de Pâques 
étant jour férié en Belgique. 
    Le département d'Etat s'est refusé à donne l'identité des 
quatre Américains décédés, mais deux ont été identifiés par des 
proches comme étant Justin et Stéphanie Shults, originaires du 
Tennessee et du Kentucky. Ils habitaient la Belgique. Ils ont 
été vus en train de déposer la mère de Stephanie à l'aéroport de 
Bruxelles avant l'explosion dans la zone d'enregistrement.  
 
 (Barbara Lewis; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant