SYNTHESE 3-Iowa-Cruz dame le pion à Trump, Clinton et Sanders ex aequo

le
0
    * Ted Cruz l'emporte avec 28% coté républicain 
    * Clinton donnée gagnante d'un cheveu 
    * Le républicain Huckabee et le démocrate O'Malley renoncent 
    * Prochaine étape dans le New Hampshire le 9 février 
 
 (Actualisé avec Clinton donnée gagnante par son camp §9) 
    par Steve Holland et Ginger Gibson 
    DES MOINES, Iowa, 2 février (Reuters) - Hillary Clinton et 
Bernie Sanders ont pratiquement fait match nul lundi dans le 
caucus démocrate de l'Iowa, tandis que, dans le camp 
républicain, le conservateur texan Ted Cruz a damé le pion au 
favori au plan national, le milliardaire Donald Trump. 
    Les caucus de l'Iowa représentent traditionnellement, depuis 
une quarantaine d'années, la toute première étape du processus 
de sélection des candidats des grands partis en vue de la 
présidentielle du mois de novembre. L'Iowa enverra aux 
conventions des partis, en juillet, 44 délégués démocrates et 30 
délégués républicains. 
    Avec 28%, Ted Cruz devance nettement le milliardaire Donald 
Trump (24%), lui-même talonné par le sénateur de Floride Marco 
Rubio (23%). Vient ensuite, en quatrième position, Ben Carson 
avec 9%. Les autres candidats, parmi lesquels Jeb Bush, frère de 
l'ex-président George W. Bush, suivent loin derrière, avec tous 
moins de 5%. 
    L'un des prétendants à l'investiture républicaine, Mike 
Huckabee, 60 ans, a annoncé qu'il se retirait de la course. 
Celui qui, en 2008, avait créé la surprise en remportant le 
caucus républicain de l'Iowa, n'y a recueilli lundi qu'à peine 
2%. 
    "Ce soir, c'est la victoire des courageux conservateurs de 
l'Iowa et de l'ensemble de cette grande nation", a déclaré Ted 
Cruz, 45 ans, dans un discours de victoire de plus d'une 
demi-heure. Conforté par le soutien des chrétiens évangéliques, 
il a remercié Dieu et souligné que les résultats prouvaient que 
le candidat ne serait pas choisi par les médias pas plus que par 
l'establishment de Washington. 
     
    SANDERS COMBLÉ 
    Donald Trump, 69 ans, a félicité Ted Cruz et a dit 
s'attendre néanmoins à obtenir l'investiture républicaine. 
    "Je suis honoré, vraiment honoré", a-t-il dit à ses 
partisans à propos de sa deuxième place, se déclarant impatient 
d'être à la prochaine étape des primaires, le 9 février dans 
l'Etat du New Hampshire, où les sondages le placent en tête. 
    La situation est bien moins nette du côté des démocrates où 
l'ex-secrétaire d'Etat Hillary Clinton et Bernie Sanders, 
sénateur du Vermont et incarnation de l'aile gauche du parti, 
obtiennent tous deux 50% des voix. 
    "Après un examen approfondi des résultats, il n'y a pas 
d'incertitude et la secrétaire Clinton a clairement remporté le 
plus de délégués", a toutefois déclaré Matt Paul, son directeur 
de campagne dans l'Iowa.   
    Bernie Sanders, âgé de 74 ans, s'est dit comblé par le 
résultat, une "quasi-égalité" avec son adversaire. 
    "Il y a neuf mois, quand nous sommes venus dans ce bel Etat, 
nous n'avions pas de structure politique, pas d'argent, pas de 
reconnaissance (...)", a-t-il dit. 
    Le troisième prétendant démocrate, Martin O'Malley, ancien 
gouverneur du Maryland âgé de 53 ans, n'obtient que 0,6% et a 
suspendu sa campagne.  
    Sanders, qui n'hésite pas à se dire "socialiste démocrate",  
veut élargir la couverture maladie, augmenter le salaire 
minimum, taxer davantage les plus hauts revenus et rendre les 
universités plus accessibles.  
    "Il est rare d'avoir l'opportunité qui s'offre à nous 
aujourd'hui de mener un véritable débat d'idée", a déclaré 
Hillary Clinton, en présence de son époux Bill, ancien président 
des Etats-Unis, et de sa fille Chelsea. Sans se prononcer sur 
l'issue du scrutin de lundi, l'ex-First Lady a félicité son 
adversaire.  
    Selon son porte-parole Brian Fallon, c'est pourtant bien 
elle qui l'a emporté avec deux délégués de plus que Sanders. 
    Son adversaire est en tête des intentions de vote dans le 
New Hampshire, deuxième étape des primaires. Il est en revanche 
devancé par sa rivale en Caroline du Sud, théâtre de la 
troisième manche.  
 
 (John Whitesides; Eric Faye et Jean-Philippe Lefief pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant