Syndics : encore et toujours des abus !

le
0
DR
DR
Au moment où «les syndics usent et abusent de la loi ALUR comme argument pour justifier des augmentations tarifaires», l'UFC-Que Choisir et l'ARC ont passé au crible les différentes offres contractuelles proposées en 2014 par les syndics de copropriété (l'analyse a porté sur les 7 contrats type représentant 70% du marché). (lerevenu.com) - Le résultat est aussi désolant qu'en 2013, est-il constaté : présentation artificieuse des forfaits, prolifération des clauses abusives dans les contrats, prix excessifs des prestations particulières, sans parler des violations de certaines nouvelles obligations. Bien que la loi ALUR fasse du compte bancaire séparé le principe, les syndics continuent ainsi d'appliquer, à l'exception de Citya, un surcoût abusif par rapport au compte unique compris entre 20 et 29%. «En raison de la souplesse de la loi ALUR qui permet l'étalement du passage au compte séparé sans majoration tarifaire jusqu'en 2018, le risque est donc grand que certains syndics cherchent à l'imposer dès maintenant avec un juteux surcoût», prévient l'UFC-Que Choisir. Les prestations particulières viennent aussi renchérir les honoraires de syndic, en raison de méthodes contestables de fixation des prix, ajoute l'association de défense : malgré l'obligation de sortir des contrats la rémunération en pourcentage pour travaux exceptionnels, les honoraires restent ainsi, à l'exception d'Immo de France, indûment indexés sur le montant

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant