Syndicat de la magistrature: Taubira s'en prend à la liberté d'opinion

le
17

Le Syndicat de la magistrature (SM) accuse Christiane Taubira de s'en prendre à la "liberté d'opinion des syndicalistes" en saisissant le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) de l'affaire de son "mur des cons", dans une lettre ouverte à la ministre de la Justice.

Le CSM, instance de nomination et de discipline des magistrats, devra apprécier, avait annoncé jeudi la garde des Sceaux, s'il y a eu "manquement à la déontologie" de la part du SM, qui avait exposé dans son local syndical un "mur des cons" regroupant des dizaines de photos de personnalités du monde politique, médiatique et judiciaire.

"Souhaitez-vous donc réglementer la liberté d'opinion des syndicalistes, définir les standards de l'affichage autorisé dans les locaux syndicaux, voire même encadrer la liberté des magistrats que nous sommes s'exprimant dans la sphère privée'" demande le SM dans sa lettre ouverte, publiée sur le site Rue 89.

Alors que la ministre avait estimé que "le devoir de réserve des magistrats suppose de la retenue, même dans le cadre de l'expression syndicale", la présidente du SM, Françoise Martres, répond que "cette violation de notre sphère privée syndicale n'est pas +une expression syndicale+, laquelle est par nature publique".

"Est-il besoin de vous rappeler que +l'obligation de réserve+ ne s'applique qu'à l'expression publique des magistrats et qu'en tout état de cause, elle ne constitue ni une obligation au silence, ni une obligation de neutralité'" ajoute-t-elle.

"En raison de l'amalgame qui est fait entre expression privée et action syndicale, c'est bien l'expression publique syndicale et, par conséquent, le fait syndical dans la magistrature que vous remettez en question par votre saisine consternante du Conseil supérieur de la magistrature. Nous attendions plutôt de vous, Madame la ministre, que vous défendiez vous-même cette liberté syndicale", écrit Mme Martres.

La révélation de ce panneau d'affichage a suscité une vague d'indignation, principalement à droite, et l'annonce de plusieurs plaintes. L'ancienne garde des Sceaux socialiste Elisabeth Guigou a relativisé l'affaire vendredi en soulignant que les magistrats sont malgré tout "impartiaux", tandis que la CGT apportait son soutien au SM.

"Nous invitons nos amis du Syndicat de la magistrature à venir jouer aux fléchettes dans les couloirs de la CGT, on ne dira pas qui est en photo sur les cibles..." a lancé la CGT-Pénitentiaire.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • T20 le mercredi 22 mai 2013 à 19:30

    Demin, j'achète un "balai à franges" (on dirait la mie en plis de tobirat), pour la manif de dimanche!

  • fbordach le lundi 29 avr 2013 à 22:21

    Taubira aura-t-elle sa photo sur le Mur des C..s ?

  • fbordach le lundi 29 avr 2013 à 22:20

    Que les deux syndicats aient tort ou raison, peu importe, puisqu’il ne s’agit plus que d’une affaire politique. Mais au-delà de l’inévitable et ridicule match de boxe rhétorique auquel nous allons avoir droit, dans les prochains jours, entre la pathétique ministre, le syndicat ouvertement gauchiste et une opposition, les passes d’armes auxquelles on assiste sont la démonstration flagrante des influences du politique sur la Justice, dans des proportions que personne ne peut nier

  • fbordach le lundi 29 avr 2013 à 22:18

    Ces potacheries politiques et le mépris affiché de ces syndicats pour les victimes en disent très long sur l’état général de déliquescence du pays et l’éloignement de ces magistrats à une nécessaire rectitude morale et à une certaine hauteur de vue dont la Justice ne peut se passer.

  • fbordach le lundi 29 avr 2013 à 22:17

    Panique chez les Tartuffes : un article d’Atlantico basé sur une vidéo d’un journaliste de France3 dévoile sans ambiguïté que le Syndicat de la Magistrature serait lourdement orienté à gauche. Émoi, palpitance, agitation au Ministère de la Justice : Christiane Taubira, le prétexte en charge du maroquin correspondant, est chargée d’éclaircir l’affaire et de calmer le jeu dans les rangs du gouvernement. Elle prend la parole et accroît la tempête. Hilarité.

  • fbordach le lundi 29 avr 2013 à 22:17

    Tout le monde s’en doutait fortement. Des articles, des livres même, en parlaient et expliquaient à qui voulait les lire qu’une partie de plus en plus importante de la Justice française a depuis bien longtemps choisi, discrètement mais sans tergiverser, le parti de construire la société à grand coup d’idéologie, favorisant parfois étrangement les délinquants et les criminels sur leurs victimes.

  • fbordach le lundi 29 avr 2013 à 22:16

    Taubira, en intervenant, devait donc faire preuve de la plus grande finesse, d’autant qu’elle doit faire d’immenses efforts pour prétendre à la moindre crédibilité. En effet, tout indique que la parole de la Garde des Sceaux est particulièrement entachée de ces torsions de la réalité qu’une République Irréprochable devrait interdire.

  • fbordach le lundi 29 avr 2013 à 22:15

    Je passe rapidement sur sa déclaration de patrimoine parfaitement fantaisiste, qui oublie (pudiquement, peut-être) les quelques sociétés (Amazonite, Thetys Consulting) dans laquelle Mme Taubira a glissé ses petits doigts potelés et dont les patrimoines ne sont pas, bizarrement, déclarés dans la version officielle. L’écart total (150.000€ tout de même selon EconomieMatin) laisse planer un doute sur la probité exemplaire de la ministre.

  • laeti453 le samedi 27 avr 2013 à 22:42

    Autre tabou: l amitié entre les deux moustachus jusqu au 22/6/1941......

  • laeti453 le samedi 27 avr 2013 à 22:41

    et voila la censure ! on ne peut pas évoquer le lien filial entre la c.t et le petit pere des peuples a moustache.