Symbole : «Jeanne d'Arc dépasse les clivages»

le , mis à jour à 11:16
0
Symbole : «Jeanne d'Arc dépasse les clivages»
Symbole : «Jeanne d'Arc dépasse les clivages»

Une semaine après Jean-Marie et Marine Le Pen (chacun de leur côté) c'est au tour d'Emmanuel Macron de célébrer la Pucelle d'Orléans, aujourd'hui pour la fête annuelle qui lui est consacrée à Orléans. Si le Front national en a fait son icône depuis une trentaine d'années, l'héroïne française, condamnée au bûcher en 1431, a toujours été une figure disputée entre les camps politiques, et ce n'est sans doute pas fini. Alors de droite, de gauche, ou au-delà des clivages, comme le voudrait l'ambitieux ministre de l'Economie, qui veut justement s'en affranchir ? Réponses avec Olivier Bouzy, directeur du Centre Jeanne d'Arc à Orléans (Loiret).

Peut-on classer politiquement Jeanne d'Arc ?

Olivier Bouzy. Il y a un balancement régulier depuis le début entre les grandes forces politiques, au nom des deux valeurs qu'elle est censée incarner : l'unité nationale et la résistance face à l'envahisseur. Au milieu du XVIIIe siècle, l'idée commence à faire son chemin d'une Jeanne qui représenterait la nation, et non plus forcément la royauté. Petit à petit, elle va glisser dans le camp républicain, notamment pendant la Révolution. Puis avec Napoléon qui fait ériger une statue à Orléans pour sa propagande contre l'ennemi anglais. A partir de 1840, il y a une nette républicanisation du symbole, sous l'influence de l'historien Michelet.

Quand glisse-t-elle à droite ?

Progressivement, à partir de la défaite face à la Prusse en 1870. Jeanne devient le symbole des provinces perdues, l'Alsace et la Lorraine où elle est née. Ce nationalisme prend une dimension de plus en plus militariste, et l'héroïne se retrouve accaparée par la droite catholique. D'autant plus qu'à la fin du XIXe siècle, les débats s'engagent sur sa béatification, qui aboutira en mai 1920 à sa canonisation. Elle deviendra une figure centrale du régime de Vichy.

Cela change après la guerre ?

Oui, et cette fois, ce sont les communistes, dirigés par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant