Sylvain Ripoll : "Lorient est resté uni"

le
0
Sylvain Ripoll : "Lorient est resté uni"
Sylvain Ripoll : "Lorient est resté uni"

Bizut au poste de numéro 1 en début de saison, Sylvain Ripoll avait la lourde de tâche de succéder à Christian Gourcuff, celui dont il avait été l'adjoint pendant plus de 10 ans à Lorient. Malgré quelques angoisses et un flirte dangereux avec la zone rouge, il a rempli sa mission maintien le week-end passé à Nantes. Désormais il fait le bilan et se tourne déjà vers la saison prochaine.

Vous accueillez Monaco ce samedi avec le maintien déjà assuré. Quels sont les objectifs contre l'ASM, fêter le maintien devant le public tout en ne biaisant pas le championnat ? C'est la conjonction de plusieurs paramètres dont les deux que vous venez de citer. C'est important pour le groupe, le club et le public de terminer sur une bonne note, c'est primordial. On a eu une saison difficile, il faut profiter de ce match de gala contre Monaco, quart de finaliste de la Ligue des champions, pour finir en apothéose. Pour ce faire il faut un gros match, l'emporter. Et puis il y a l'enjeu financier, si on peut gagner quelques places c'est bien pour Lorient. Et enfin, il faut respecter l'équité du championnat, c'est évident.
La saison a été difficile pour le club, notamment car il a fallu assurer la transition post-Gourcuff mais aussi digérer quelques gros départs, Ecuele-Manga, Aboubakar, Aliadière. Selon vous, quelles sont les principales raisons des résultats en dent de scie du club ? Vous en oubliez : Monnet-Paquet, Bourillon, Baca et Fabien Audard qu'on a décidé de mettre en troisième gardien. C'était une saison de transition avec le départ de Christian Gourcuff -un événement majeur pour le club- qui a été couplée avec des départs de joueurs cadres, cela laisse des traces. La saison a été stressante aussi car depuis octobre on a toujours été dans une position fragile au classement. Quand on passe une saison dans ces eaux-là, c'est difficile.
Vous avez été nommé pour préserver la philosophie de jeu mise en place par Christian Gourcuff. Dans le jeu, vous n'avez pas forcément démérité mais les résultats, plusieurs séries négatives notamment, ont miné l'équipe. La différence se situait où ? Sur le plan mental ? Fin août, on a subi tous ces départs importants, il fallait retrouver des automatismes et on a vécu les mois de septembre et octobre comme une traversée du désert en ne prenant quasiment aucun point, ce qui nous a mis dans la difficulté. Forcément, avec une confiance entamée, et c'est dans ces cycles-là qu'on manque de réussite. On m'a signalé qu'on était dans les équipes du championnat ayant touché le plus de fois les montants. On avait des occasions qu'on ne transformait pas et l'adversaire marquait à sa première. La différence entre une bonne série et une…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant