Sylvain Nicolas : " Si on en prend 50 à Toulouse, on remet tout en question "

le
0
Sylvain Nicolas : " Si on en prend 50 à Toulouse, on remet tout en question "
Sylvain Nicolas : " Si on en prend 50 à Toulouse, on remet tout en question "
Passé par Toulouse entre 2010 et 2013, Sylvain Nicolas, troisième ligne du Stade Français, retrouvera ses anciens coéquipiers, samedi à 20h45 (8eme journée du Top 14). L'international français évoque ses années toulousains et le " choc des Stades " de ce week-end.

Sylvain Nicolas, vous avez le sourire parce que vous êtes titulaire ou parce que vous êtes de retour à Toulouse ?
J'ai le sourire parce que je suis heureux. Je joue donc tout va bien, je suis content, j'ai le sourire.

Vous jouez beaucoup depuis le début de saison, ce qui n'était pas dans vos habitudes. N'avez-vous pas peur d'être un peu essoufflé à force d'enchaîner les matchs ?
Je ne sais pas s'il y a un risque d'essoufflement. Je suis satisfait, j'enchaîne les matchs. Il y a pas mal de blessés. Il y a Burban et Rabadan qui sont assez souvent blessés depuis le début de la saison. Donc ça me permet d'enchaîner. On verra pour l'essoufflement, je n'espère pas.

On vous sent de plus en plus à l'aise, de plus en plus intégré à cette équipe...
Oui, je suis venu ici pour avoir du temps de jeu. Je l'avais un peu à Toulouse mais malheureusement ça s'est mal fini donc je suis venu au Stade Français et tout se passe bien. J'espère que cela va durer le plus longtemps possible. C'est à moi de continuer à travailler, de montrer ce que je sais faire et surtout de prendre du plaisir. Je suis bien dans ce groupe. Il y a un bon groupe et c'est agréable. Je me régale !

Vous avez eu beaucoup de blessures à Toulouse, vous parlez d'une aventure qui s'est mal terminée. Pour vous, est-ce un acte manqué ?
Non, ce n'est pas un acte manqué mais ça aurait pu bien mieux se passer tout simplement. Au début j'ai eu la chance d'enchaîner les matchs mais après je me suis blessé. Je suis revenu... et je me suis re-blessé. A partir de là c'était fini. Je n'ai pas joué les phases finales. Pour ma deuxième saison, j'ai joué un peu et je me suis aussi blessé et j'ai de nouveau manqué les phases finales. Ils ont été deux fois champions mais je ne me sentais pas trop dans le groupe même si tout le monde m'a dit « tu fais partie du groupe ». Finalement on sait très bien que c'est différent. La troisième saison a été la pire en termes de temps de jeu donc j'ai demandé à partir. Ils ont été assez « réglos », d'où ma présence ici.

« Les Toulousains ne sont pas à leur place »

Donc il y a plus de sourires ici qu'à Toulouse finalement ?
Oui, notamment à l'entraînement. Eux (les Toulousains) sont treizièmes du classement donc on sait qu'ils ont bien plus de pression que nous. Après je pense vraiment qu'ils ne sont pas à leur place donc je pense qu'ils vont vite retrouver le sourire...

Quand vous voyez leur début de saison, vous devez quand même vous dire qu'ils sont prenables ?
Toutes les équipes sont prenables ! La preuve, on est allé gagner à Toulon ! Je pense simplement qu'ils ne sont pas à leur place. D'accord, il y a des blessés. Ils ont perdu des matchs qu'ils auraient dû gagner, et c'est sûr qu'ils ne feront pas toute la saison comme ça. Il y a un coup à faire, certes, mais ils sont vraiment touchés. Je ne sais pas quand ils vont relever la tête mais j'espère que ce ne sera pas contre nous, ce week-end.

Avec deux victoires à l'extérieur, c'est la preuve que vous ne vous mettez pas trop de pression. Finalement est-ce qu'il n'y a pas le risque d'y aller un peu trop décontractés ?
C'est sûr que la pression est sur eux. Nous, on y va avec une grosse équipe. On a gagné à Toulon et à Castres donc on sait qu'on peut aller gagner n'importe où. On a un coup à faire. C'est sûr qu'on ne va pas y aller décontracté sinon on va en prendre 50...

Vous avez plusieurs blessés chez vos avants, tout comme eux...
Bien sûr, mais eux ont des blessés depuis trois mois donc on ne va pas se plaindre d'avoir quelques blessés. C'est vrai que notre pack et le leur sont affaiblis mais on va dire que ça équilibre un peu les choses.

Après Toulouse, vous affronterez leRacing, un match qui est déjà dans toutes les têtes. Votre objectif sera d'aller gagner à Toulouse pour préparer au mieux ce derby ?
D'aller gagner ou au moins de faire une belle prestation. On a fait un match référence chez nous contre La Rochelle (43-10). Cela fait longtemps que l'on n'avait pas pu enchaîner notre jeu comme ça même contre les équipes soit disant plus faibles. Si on en prend 50 à Toulouse, on remet tout en question donc même si on ne gagne pas, il faudra au moins faire un match correct, mettre en place notre jeu, être présent dans le combat, et comme ça on pourra recevoir le Racing avec des certitudes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant