Swissleaks : un gigantesque réseau d'évasion fiscale organisé par HSBC

le
11
Swissleaks : un gigantesque réseau d'évasion fiscale organisé par HSBC
Swissleaks : un gigantesque réseau d'évasion fiscale organisé par HSBC

Ils sont sportifs, comédiens, chefs d'entreprise, responsables politiques, parfois trafiquants d'armes ou narcotrafiquants... Tous ont profité du même système mondial d'évasion fiscale organisé et encouragé par la banque britannique HSBC par l'intermédiaire de sa fililale suisse HSBC private Bank. Avec des chiffres à faire tomber de la chaise. Entre 2005-2007, 180,6 milliards d'euros auraient transité, à Genève, par les comptes HSBC de plus de 130 000 personnes physiques ou morales dans le monde dont plus de 3 000 Français. Pour eux, plus de 20 000 sociétés offshore auraient été créées dans les paradis fiscaux. Un nouveau volet de cette affaire, réalisé par une soixantaine de médias internationaux, est aujourd'hui dévoilé par Le Monde.

L'affaire a éclaté en 2008 lorsqu'un ancien salarié de la banque HSBC, Hervé Falciani, a fourni des fichiers cryptés contenant des informations sur des comptes détenus par des milliers de clients français de la banque en Suisse. Pendant de nombreuses années, les informations copiées par Hervé Falciani  n'étaient connues que de la justice et de quelques administrations fiscales, même si certains éléments avaient filtré.

Mais au printemps 2014, Le Monde entre en possession de données bancaires mondiales et décide de partager ces données avec des médias internationaux. Le quotidien français publie, le 28 janvier 2014, un article sous le titre « Listes HSBC : la saga d'une enquête explosive sur l'évasion fiscale ». Quelques jours plus tard, une personne se présente à l'accueil du journal et remet une clé USB contenant la totalité des fichiers établis à partir des « données Falciani » et avec les données bancaires de plus de 106 000 clients dans le monde. L'enquête «Swissleaks» est alors véritablement lancée par le consortium de journalistes rassemblés au sein à l'ICIJ, basé aux Etats-Unis.

Répartition selon les pays des exilés fiscaux

Sur le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.