Swissleaks : le directeur général de HSBC avait un compte en Suisse

le
3
Swissleaks : le directeur général de HSBC avait un compte en Suisse
Swissleaks : le directeur général de HSBC avait un compte en Suisse

Il s'est engagé à réformer HSBC de fond en comble et s'est même excusé publiquement. Mais le directeur général de la banque britannique a été rattrapé par le scandale Swissleaks, système international de fraude fiscale et blanchiment d'argent révélé par «Le Monde» et une soixantaine d'autres quotidiens le 8 février dernier. 

Selon l'édition dominicale de «The Guardian», Stuart Gulliver, à l'origine d'une lettre d'excuses publiée dans la presse, détenait plusieurs millions d'euros sur un compte de la filiale suisse de HSBC. Il aurait ainsi détenu près de 6,7 millions d'euros en 2007 sur un compte au nom de Worcester Equities Inc., une société enregistrée au Panama. 

Le directeur général de HSBC, qui vit en Grande-Bretagne mais est domicilié à Hong Kong pour des raisons juridiques et fiscales, était enregistré comme propriétaire et bénéficiaire du compte, précise le «Guardian». 

Il dément toute fraude fiscale

Lors d'une conférence téléphonique consacrée aux résultats financiers du groupe britannique, Stuart Gulliver a ensuite tenu à expliquer que cette structure avait été mise en place pour garantir la confidentialité de sa rémunération vis-à-vis de ses collègues de l'époque. En outre, le directeur général de HSBC a ajouté que depuis qu'il était retourné travailler au Royaume-Uni en 2003, il était imposé par le fisc britannique sur l'ensemble de ses revenus mondiaux, y compris ce compte qui a été déclaré.

«M. Gulliver détient un compte en Suisse, a par ailleurs confirmé la banque dans un communiqué publié lundi. Il l'a ouvert en 1998 lorsqu'il vivait et travaillait à Hong Kong». HSBC précise que ce compte existait afin de recevoir les primes de Stuart Gulliver et que celles-ci étaient taxées à Hong Kong. Il a été ouvert «au nom d'une société panaméenne pour des raisons de confidentialité et cela n'avait aucun autre but et n'a permis aucun avantage fiscal ou de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paspil le lundi 23 fév 2015 à 13:23

    vit en Grande-Bretagne, domicilié à Hong-Kong pour des raisons fiscales ... il faut virer ces socialistes anglais qui font fuir les entrepreneurs ...

  • jyb77 le lundi 23 fév 2015 à 13:09

    il l'a plus ?C'est interdit ?

  • annelion le lundi 23 fév 2015 à 13:08

    donc si tout cela était bien légal, de quoi on se mêle exactement?