Swiss Life Asset Management livre ses prévisions de croissance du PIB américain en 2017

le
0

(AOF) - Dans ses perspectives économiques de novembre 2016, Swiss Life Asset Management note que peu importe qui de Clinton ou de Trump remportera les élections le 8 novembre, les dépenses d'infrastructures publiques augmenteront en 2017 et bien après aux Etats-Unis. Les deux candidats se sont engagés à accroître les dépenses publiques, contribuant ainsi à soutenir les taux de croissance du PIB dans leur ensemble. Par conséquent, la société de gestion d'actifs a révisé en hausse ses prévisions quant à la contribution des dépenses publiques à la croissance du PIB en 2017.

Ainsi, ses prévisions d'évolution du PIB, actuellement à 1,8%, ont été relevées pour l'heure à 2%, comblant ainsi quelque peu l'écart constaté par rapport aux projections du consensus.

"Nous avons réparti cette contribution supplémentaire de la politique budgétaire de façon égale sur l'ensemble des trimestres. Le scénario pourrait cependant s'avérer tout autre en fonction de la rapidité du processus de décision portant sur ce surcroît de dépenses budgétaires, lequel dépend à terme de l'équilibre des pouvoirs au Congrès au lendemain de l'élection", explique Swiss Life AM.

Parallèlement, la troisième estimation de la dynamique de croissance au second trimestre a également révélé un taux de croissance légèrement supérieur à celui précédemment publié : ce constat a manifestement impacté cette année les anticipations en année pleine.

"S'agissant de la dynamique économique au troisième trimestre – dont la première estimation sera publiée le 28 octobre – notre scénario de ralentissement de la consommation des ménages a été confirmé par la faiblesse des chiffres des ventes au détail ce trimestre. Au vu de l'importante contribution de la consommation des ménages à la croissance du PIB au second trimestre, on pouvait s'attendre à une certaine rechute de la consommation privée. Malgré nos projections d'une faible contribution de la consommation des ménages, notre scénario de base table néanmoins sur une accélération de la croissance globale du PIB de 1,4% au précédent trimestre à 2% au troisième trimestre. Après cinq trimestres consécutifs durant lesquels les stocks ont notablement raboté la croissance globale, cet effet de freinage devrait à notre avis prendre fin, au moins temporairement", conclut le gestionnaire d'actifs.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant