Swiss Life AM reste sélectif sur les actifs émergents

le
0

(AOF) - C'est désormais acté par bon nombre de gestionnaires d'actifs : les marchés émergents vont mieux et attirent de nouveau des flux entrants importants. Les deux principaux facteurs ayant pesé sur ces actifs ces derniers trimestres ont été "partiellement évacués", selon le mot de Claudia Bernasconi, Economiste spécialiste des marchés émergents chez Swiss Life AM. En clair, la stabilisation des prix du pétrole entre 40 et 50 dollars le baril et une moindre inquiétude concernant la conjoncture chinoise ont soutenu le retour en grâce des marchés émergents.

"Par rapport à l'année dernière, les incertitudes sur l'économie chinoises se sont apaisées. L'objectif de croissance défini par le gouvernement, entre 6,5% et 7% en 2016, sera vraisemblablement tenu grâce aux effets des politiques budgétaire et monétaire mises en œuvre", prévoit Claudia Bernasconi, chez Swiss Life AM, qui prévient toutefois : "L'expérience de mesures d'assouplissement monétaire agressives est assez aléatoire. A plus long terme, cela aggrave les déséquilibres, entre risque de bulles, endettement public et privé, et inefficience des entreprises d'Etat".

Reste que les marchés émergents ne doivent pas être considérés comme un ensemble monolithique et homogène. Ainsi, "bien qu'elles se soient améliorées, les perspectives économiques de la Russie ou du Brésil sont bien moins dynamiques que celles de l'Inde, par exemple", compare Claudia Bernasconi.

Dans ce contexte, l'équipe obligataire de Swiss Life Asset Managers conserve une stratégie d'investissement de ‘bond-picking'. Cet univers recèle d'innombrables opportunités, à condition d'identifier les sources de valeur à l'échelle des titres. 

"Nous recherchons des obligations liquides, les moins sensibles possibles aux chocs exogènes et dont le rendement est attrayant. De ce point de vue, certaines obligations des marchés d'Amérique latine présentent aujourd'hui un meilleur profil de rendement ajusté au risque, comparé à d'autres titres des marchés émergents, mais aussi à d'autres segments du crédit, comme le high yield américain" précise Rishabh Tiwari, gérant du fonds Swiss Life Funds (LUX) – Bond Emerging Market Corporates.

" Nous sommes toutefois prudents à l'égard du marché colombien, où le rejet de l'accord de paix avec les FARC pèse sur le sentiment des investisseurs. Nous préférons les obligations mexicaines, péruviennes ou brésiliennes, dont les perspectives de valorisation sont supérieures".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant