Swansea, le nouveau langage des Cygnes

le
0
Swansea, le nouveau langage des Cygnes
Swansea, le nouveau langage des Cygnes

Depuis 2011, c'était un peu la hype estampillée "équipe qui joue le mieux au ballon en Premier League". Mais cette saison, ce fameux label beauté a laissé place à un Swansea différent. Plus froid, plus clinique. Plus fort ? À voir

Ce lundi soir, quand le public de Liverpool se mettra à chanter à l'entrée de ses favoris, les amateurs du genre auront forcément un peu les poils qui se dressent. Parce que You'll never walk alone. Et parce qu'à Anfield, la nuit est encore un peu plus magique. Même si ses Reds adorés jouent actuellement comme des pimpons. Et fatalement, en face, Swansea sera renvoyé à ce qui le sépare de son adversaire du soir : une identité profonde. Ancrée à la vie, à la mort, et sur les bords de la Mersey, ce n'est hélas pas qu'une formule. Le club gallois est, lui, à une croisée des chemins. Car depuis le début de la saison, une manière de questionnement identitaire s'est saisie des Swans. Avec cette interrogation qui les taraude : Swansea est-il toujours Swansea ? Étrange débat quand, pour rappel, le pensionnaire du Liberty Stadium occupe une solide huitième place (devant Liverpool), une performance dans le championnat le plus puissant de la planète. Mais voilà, le passé est venu récemment rappeler l'incertitude de l'avenir de Swansea. Et ce, par la voix de son ancien manager, Roberto Martínez.
Où est passé le label Swansea ?
Aujourd'hui à la tête d'Everton, le technicien espagnol a sévèrement taclé son ancienne paroisse après le nul (0-0) concédé face aux Swans, malgré une archi-domination de ses Toffees. "Je suis très étonné. Je m'attendais à voir deux équipes se battre pour la maîtrise du ballon. Ils n'ont aucune frappe cadrée, ni même le moindre corner. C'est quand même étrange. On ne se plaint jamais d'une équipe qui vient à Goodison Park pour défendre. En football, vous devez trouvez un moyen de vous en sortir. Mais je suis très étonné que Swansea ait eu recours à cette façon de faire. C'est sans doute différent du Swansea qu'a bâti Roberto Martínez et dont tout le monde se souvient." Et bing ! Avec utilisation de la troisième personne pour bien se démarquer, s'il vous plaît.

Ceci étant, faut-il complètement donner tort à Martinez sur ce match-là ? Swansea s'est contenté de 33% de possession de balle face à Everton, la plus faible de l'histoire du club depuis sa montée en Premier League il y a trois saisons. Ok, ok, la possession de balle est un indicateur aussi fiable que la météo de Canal. Il n'empêche, quand en moyenne une équipe passe de quasi 57% de possession sur la saison 2013-2014 à 50% tout rond cette année, il y a comme qui dirait...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant