Suzuki veut solder son divorce avec Volkswagen

le
0
Le groupe nippon demande à la justice que l'allemand lui rétrocède les 20 % qu'il détient dans son capital.

Depuis plusieurs mois, les relations ne cessent de s'envenimer entre Suzuki et ­Volkswagen. Problème : seul le japonais veut divorcer. Bien décidée à reprendre son indépendance, la direction de Suzuki avait, le 18 novembre, déclaré rompue sa relation avec le géant allemand et annoncé qu'elle voulait, en conséquence, racheter les 19,9 % de son capital que le géant allemand avait acquis en janvier 2010 pour 1,7 milliard d'euros.

Devant le refus de VW d'obtempérer, le japonais a annoncé jeudi qu'il avait demandé à une cour d'arbitrage sur les litiges internationaux basée à Londres, de l'aider à obtenir gain de cause.

Sûr de son bon droit, Suzuki accuse l'allemand de n'avoir pas respecté les termes de leur accord, en lui refusant l'accès à ses technologies, notamment pour les véhicules hybrides.

Volkswagen «réfute catégoriquement les reproches » qui lui sont faits. «Nous sommes très déçus», a réagi un porte-parole à propos de la procédure lancée

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant