Suspicion de cas d'Ebola : fausse alerte sur un vol d'Air France

le
0
Suspicion de cas d'Ebola : fausse alerte sur un vol d'Air France
Suspicion de cas d'Ebola : fausse alerte sur un vol d'Air France

Une alerte sur une suspicion de cas d'Ebola a eu lieu mercredi matin à l'aéroport parisien de Roissy Charles-de-Gaulle. Mais c'était finalement une fausse alerte. L' intervention d'urgence du Samu s'est produite ce matin à Roissy à bord du vol Air France Lagos (plus grande ville du Nigeria)- Paris, qui atterrissait à 6h20, après qu'un passager a été «malade» à bord selon un employé d'Air France. Ce voyageur, qui venait d'une zone touchée par le virus Ebola, a été pris de maux de ventre et de fièvre.

Contactée, la compagnie confirme l'intervention des secours mais parle de «fausse alerte. Il ne s'agit pas du virus Ebola». La procédure d'urgence a été appliquée. L'avion, un A 330, a été «mis au large, c'est à dire isolé sur la piste», ajoute l'employé d'Air France. Selon lui, des médecins du Service médical d'urgences (SMU) de Roissy auraient «pénétré dans l'appareil, en masque et combinaison intégrale», pour emmener le passager malade.

«Le doute a rapidement été levé et le jeune patient a été pris en charge par les équipes de Service médical d'urgence à son arrivée à Roissy», a expliqué de son côté le Dr Feuillie, responsable de la médecine passagers d'Air France. D'après une source aéroportuaire, le jeune passager souffrait d'une gastro-entérite.

Françoise Weber, directrice adjointe de la santé, au ministère de la Santé, détaille ce que s'est passé : «Une personne ayant de la fièvre et des symptômes a été signalé vers 4 heures du matin, en cours de vol. Il y a eu échanges d'informations entre l'équipage, le Samu, et l'Institut de veille sanitaire pour évaluer le cas. A l'arrivée, cette personne a été "exclue" des cas possibles Ebola car elle n'en présentait pas les symptômes». Les passagers ont ensuite pu quitter l'appareil, ainsi que l'équipage. 

L'épidémie d'Ebola en Guinée, au Nigeria, au Sierra Léone a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant