Suspension de l'écotaxe : les critiques fusent, Royal se défend

le
10
Suspension de l'écotaxe : les critiques fusent, Royal se défend
Suspension de l'écotaxe : les critiques fusent, Royal se défend

Le coup de grâce porté à l'écotaxe ne cesse de faire réagir. Alors que Ségolène Royal a annoncé jeudi la suspension sine die de ce dispositif controversé, la droite, mais aussi les écologistes, montent au créneau dénonçant le manque de courage politique du gouvernement. De son côté, la ministre de l'Ecologie a dû justifier son choix ce vendredi devant l'Assemblée nationale expliquant que le système prévu de péage de transit poids lourds était inapplicable. 

Royal se justifie

Après s'être expliquée dans la matinale de Jean-Jacques Bourdin sur Bfmtv-RMC sur une décision prise «sans aucun état d'âme», Ségolène Royal a dû se justifier sur sa décision, cette fois devant les députés à l'Assemblée nationale. «Nous devons trouver une solution qui ne détruise pas les emplois mais en crée», a affirmé la ministre qui veut faire payer les sociétés d'autoroutes pour contrecarrer le manque à gagner. «On a vu les sociétés autoroutières depuis leur création verser 15 milliards d'euros à leurs actionnaires, il y a là comme quelque chose qui ne va pas» et «il n'y a aucune raison que nous ne mettions pas à plat ce problème», a-t-elle ajouté.

VIDEO. Royal : «Un dispositif qui ne fonctionne pas»

La preuve d'un «cafouillage permanent» selon Juppé

Le maire UMP de Bordeaux voit dans la suspension de l'écotaxe la «démonstration du cafouillage permanent ». «Il y a quelques jours, j'ai vu madame Ségolène Royal dans un journal télévisé présenter avec beaucoup d'assurance son projet de loi en expliquant qu'il allait permettre une rupture historique. Il a suffi de trois jours pour qu'elle abandonne un des dispositifs essentiels de cette loi. On se demande si ça avait été préparé, pensé» tacle l'ancien Premier ministre au micro de Radio Classique. Et d'ajouter : «On a le sentiment que la France n'a plus de gouvernement. On ne voit plus dans quelle direction on veut aller. Nous avons ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le vendredi 10 oct 2014 à 13:36

    C'et Ségolène qui a raison, il faut mettre fin aux usines à gaz qui taxent ceux qui bossent et qui ne rapportent quasi rien à l'Etat. Il y a d'autres façons de faire de la politique que de taxer à tours de bras. Ces politiciens qui confondent "réformes" avec "taxes" n'ont rien à faire dans un gouvernement.

  • rroot le vendredi 10 oct 2014 à 13:21

    c'est le sinedie participatif

  • ppetitj le vendredi 10 oct 2014 à 11:35

    Se justifier..C'est déjà avoir tort...

  • clausfer le vendredi 10 oct 2014 à 11:09

    Les Suisses ont résolu le problème des péages par une vignette. Trop simple pour nous?

  • dhote le vendredi 10 oct 2014 à 11:02

    Elle n'a pas sa place au gouvernement.

  • M7097610 le vendredi 10 oct 2014 à 11:00

    les routiers est européens qui encombrent les routes de france avec du gazole acheté à l’étranger sont très contents ! Ils remercient chaudement leurs collègues français de les avoir si bien défendus. Il peuvent maintenir leur dumping social et fiscal !

  • mperonne le vendredi 10 oct 2014 à 10:57

    Mme est toujours au dessus des lois!!!! Voir les résultats en direct à la télévision à 19h45 au lieu de 20h quand elle a annoncé sa défaite de La Rochelle. On en veut plus mais elle tient le tout mou par quelque chose!!!!!!

  • mperonne le vendredi 10 oct 2014 à 10:55

    Habitant en Poitou Charentes je constate qu'elle est toujours aussi nulle même à Paris. Quand les français en seront sûr ce sera trop tard. Pour rappel: La Mia d'heuliez a coutée combien de millions à la région pour finir comme prévu à Pôle emploi!!!!!!C'est facile avec l'argent des autres de faire des dépense pour se faire plaisir et prévoir son avenir.

  • M2011639 le vendredi 10 oct 2014 à 10:28

    et devine qui va payer!!!

  • M476110 le vendredi 10 oct 2014 à 10:20

    Les socialistes se sabordent où sont-ils aussi stupides qu'ils paraissent ?