Suspension de Jean-Marie Le Pen du FN : la justice tranche aujourd'hui

le
0
Suspension de Jean-Marie Le Pen du FN : la justice tranche aujourd'hui
Suspension de Jean-Marie Le Pen du FN : la justice tranche aujourd'hui

Jean-Marie Le Pen va être fixé sur son sort. C'est ce jeudi que le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) fera savoir s'il lui donne raison ou non, face au Front national qui l'a suspendu en tant qu'adhérent, le 4 mai dernier, suite à ses propos sur les chambres à gaz «détail de l'histoire » et le maréchal Pétain. 

Le cofondateur du FN, dont il fut le chef pendant 40 ans, avait saisi la justice pour demander l'annulation de cette suspension. A l'audience, le 12 juin, devant le tribunal de Nanterre, Jean-Marie Le Pen avait dénoncé une décision « illégale, anormale et excessive ». Il contestait surtout la « privation de ses droits » en tant que président d'honneur qui découlait de sa mise à l'écart du parti. Il estime que cette fonction dont il jouit depuis 2011, et qui le rendait membre de droit de toutes les instances internes, n'est pas liée à sa qualité d'adhérent. Les débats avaient duré plus de deux heures, centrés sur le droit des associations et les statuts du Front national.

Suppression du titre de Président d'honneur ?

Quelle que soit la décision de la justice, Jean-Marie Le Pen devrait perdre sa présidence d'honneur du FN. Dans la foulée de la sanction, en effet, sa fille Marine Le Pen a organisé un congrès extraordinaire, par voie postale, pour soumettre au vote de plus de 51.000 adhérents les nouveaux statuts du parti, où ne figure plus le titre honorifique. 

Ce congrès, base militante largement acquise à la cause de Marine Le Pen, suivra l'avis des instances du FN, assurent les proches de la présidente du parti, scellant le sort de la présidence d'honneur du cofondateur.Les courriers ont été envoyés le 22 juin et les frontistes ont jusqu'au 10 juillet pour retourner leur bulletin de vote.

Sur les réseaux sociaux, Jean-Marie Le Pen a appelé au boycott de ce vote.

Aux adhérents du Front, je demande instamment de NE PAS PARTICIPER AU VOTE de réforme des statuts ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant