Suspension de Jean-Marie Le Pen annulée : seulement «un sursis», tacle Marine

le , mis à jour à 10:09
2
Suspension de Jean-Marie Le Pen annulée : seulement «un sursis», tacle Marine
Suspension de Jean-Marie Le Pen annulée : seulement «un sursis», tacle Marine

C'est à 11 heures que Jean-Marie Le Pen, sonnant tambours et trompettes, entrera le regard fier dans son ancien bureau de président d'honneur au siège du Front National à Nanterre (Hauts-de-Seine). Sans doute même aura-t-il quelques mots de dédain pour celle de ses filles qu'il n'appelle plus que «Madame». 

Jeudi, après trois mois de joute familiale, le TGI de Nanterre a donné raison au « vieux chef » en annulant la suspension de son titre d'adhérent au FN, et, partant, des avantages associés à sa qualité de président d'honneur.

Si elle tente de convaincre qu'il ne s'agit « que d'une péripétie juridique, (qui n'a) aucune importance », la perspective n'amuse guère sa fille, Marine Le Pen. « La presse ne comprend rien à ce qui s'est passé, reproche-t-elle ce vendredi matin sur Radio Classique et LCI. Cette suspension durait jusqu'au résultat de l'assemblée générale extraordinaire des adhérents, et dont le résultat sera connu dans huit jours. Dans huit jours, il ne parlera plus au nom du Front national », affirme la présidente frontiste.

«Il a tout fait pour rendre les choses irrémédiables»

Mais la fille de Jean-Marie Le Pen ne peut retenir quelques coups, qui montrent qu'au-delà du discours, la décision du TGI de Nanterre l'a plus que contrariée. « Le tribunal de Nanterre et les médias qui vont tendre leur micro vont donner huit jours de sursis à Jean-Marie Le Pen qui en profitera pour dire quelques provocations supplémentaires, quelques déclarations tonitruantes saupoudrées de sûrement quelques insultes dont il a le secret ». « S'il se réduit à la fin de sa carrière à son petit pouvoir de nuisance, c'est assez pathétique », tance-t-elle même, appelant les militants du FN à voter massivement.

Car le cofondateur du parti à la flamme ne compte pas se contenter de ces huit jours. Après sa suspension, c'est le « pseudo-congrès » du FN qu'il vise, et la réforme des statuts ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 3 juil 2015 à 10:25

    Rien ne l'empêchait de fonder son propre parti....mais c'était prendre un risque, alors plus facile de détourner la vocation du FN dont le seul but (et là je suis d'accord) c'était l'opposition pure et dure sans aucun soucis de gérer le pays. Uniquement le plaisir d'emboucaner les politicards. Or elle devient une politicarde...RIDICULE.

  • frk987 le vendredi 3 juil 2015 à 10:17

    Que serait-elle politiquement sans son père....électeurs du FN...pensez-y !!!!