Suspense sur l'issue du référendum

le , mis à jour à 08:54
5
Suspense sur l'issue du référendum
Suspense sur l'issue du référendum

Dans une petite semaine, le 23 juin, les Britanniques se rendront aux urnes pour répondre à une question simple mais cruciale : souhaitent-ils oui ou non rester au sein de l'Union européenne ? Avant le meurtre sauvage de la parlementaire travailliste Jo Cox, la campagne s'était déroulée sans heurts. Même si les deux camps ont multiplié meetings et réunions électorales à travers le pays pour défendre — parfois avec ardeur — leurs positions.

 

Unanimes, les milieux économiques, études à l'appui, assurent qu'une sortie de l'UE pénaliserait fortement les financiers de la City et entraînerait une baisse du PIB comprise entre 3 et 7 points. Soit une somme d'environ 3 500 € par foyer et par an pendant quinze ans. Les partisans du Brexit, eux, jouent sur la peur d'une immigration européenne non maîtrisée, s'appuyant sur l'arrivée récente de centaines de milliers de travailleurs venus de Pologne, de Roumanie ou encore des pays Baltes.

 

Un peu effrayés par la perspective d'un Brexit aux conséquences incalculables, les leadeurs européens se sont souvent demandé quelle mouche avait bien pu piquer le Premier ministre, David Cameron, pour qu'il organise une consultation aussi risquée. D'autant que la Grande-Bretagne dispose déjà d'un statut à part puisqu'elle a notamment conservé sa monnaie, la livre sterling, et qu'elle ne fait pas partie de l'espace Schengen.

 

« C'était une promesse électorale de Cameron lors des dernières législatives de 2015, un gage donné à l'aile eurosceptique du Parti conservateur pour souder les troupes derrière lui et remporter les élections, rappelle un diplomate français en poste à Londres. Cameron a gagné, mais il a clairement joué avec le feu. S'il perd le référendum, il devra sans doute quitter le pouvoir. » Un scénario qui verrait alors Boris Johnson, le turbulent ex-maire de Londres — et leadeur du « leave » (NDLR : sortir) — briguer sa place au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 28351485 il y a 6 mois

    Comme c'est drôle qu'il n'y ait personne pour pour s'apitoyer sur les milliers de femmes et d'enfants innocents assassinés par la politique que cette femme politicarde défend et dont elle est avec TOUS SES COMPLICES COUPABLE ET RESPONSABLE

  • M2766070 il y a 6 mois

    bien dit mlaure !!! quand on voit tout ce qui est fait pour que les brits ne partent pas.. c est qu il y a du grain à moudre .... ou du mouton à tondre ....

  • mlaure13 il y a 6 mois

    De toute façon, et quoiqu'il arrive, nos Hauts fonctionnaires/Elus/Rentiers/Politicards ma//fieux, continuerons de se gaver de notre sang...:-(((

  • M2766070 il y a 6 mois

    anosra les 2 flics auront payés de leur vie la cosa EI , en VAIN !!! Bonne réflexion

  • ANOSRA il y a 6 mois

    La parlementaire JoCox aura malheureusement payé de sa vie pour ses convictions, et mais aura ainsi évité le Brexit !!!