Suspense dans les dossiers Puel et Ben Arfa

le
0

Jean-Pierre Rivère, le président de Nice, n’a pas caché que le classement final du Gym comptera beaucoup sur les éventuelles prolongations de contrat de son coach, Claude Puel, et de son meneur de jeu, Hatem Ben Arfa.

C’est peu de dire que l’OGC Nice joue très gros en cette fin de saison. Bien calé à la cinquième place de L1 (50 points) avant la réception de Rennes, quatrième (51 points), le Gym pourrait même terminer sur le podium en cas d’énorme fin de saison. Mais, au-delà d’un éventuel retour sur la scène européenne, c’est l’avenir de deux de ses hommes-clés qui se joue également avec le classement final. Celui de Claude Puel et d’Hatem Ben Arfa, libres à l’issue de la saison. « On doit se voir fin avril pour savoir si on continue ensemble ou pas », a lancé Jean-Pierre Rivère, le président niçois, dans L'Equipe avant d’infirmer le fait qu’il n’aurait proposé qu’un an de contrat à l’ancien coach de Lyon. « C’est faux. Le foot fourmille de rumeurs, c’en est une. L’avenir de Claude n’est pas un sujet tabou, ni pour lui ni pour nous. C’est un très bon entraîneur, mais on n’est pas entrés en phase de négociation. » Selon L’Equipe du Soir, lui et ses conseillers auraient d’ailleurs coché le nom de Christian Gourcuff, qui vient de quitter l’Algérie, si Puel était amené à quitter la Côte d’Azur. L’autre gros dossier du Mercato à venir concerne Hatem Ben Arfa. Non retenu par Didier Deschamps lors du dernier rassemblement, l’ancien Lyonnais suscite toujours bon nombre de convoitises. Dont celle du Milan AC qui a récemment choisi de passer à la phase concrète des opérations. Mais le PSG et l’Inter Milan surveillent de près également ce dossier. « Il n’est pas impossible de conserver Hatem à Nice, il n’y a pas de fatalité, affirme Rivère. Il a besoin d’un challenge sportif. C’est ça qui le guide. Si on ne joue pas la Coupe d’Europe, ce sera compliqué de le garder, on l’a bien compris car il est ambitieux. Mais si par bonheur on la jouait, ce serait notre chance… Avec Hatem, on sait qu’on sera confrontés à une énorme concurrence. On sait aussi que, financièrement, il ne fera pas deux années de suite aux mêmes conditions. Il se sait aimé dans le club et il l’aime. On ne s’interdira rien. Si on peut entrer dans la négociation, on ira avec nos moyens. » Avec I.G.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant