Susan Whelan, la dame d'affaires de Leicester

le
0
Susan Whelan, la dame d'affaires de Leicester
Susan Whelan, la dame d'affaires de Leicester

Dans l'ombre du titre de Leicester, un petit bout de femme. Elle s'appelle Susan Whelan et si elle n'a pas participé au titre sur le terrain, elle n'est pas étrangère au miracle Leicester. Elle est présente dans l'organigramme depuis 2010 et elle est aujourd'hui la première présidente à avoir remporté un titre. Portrait.

Des colliers de perles parfois tape-à-l'œil, des habits généralement sombres et un sourire qui respire la sincérité. À première vue, Susan Whelan semble à des années-lumière du monde du foot... Ce ne sont que des apparences. Depuis 2011, c'est elle qui tient les rênes de Leicester. Pas vraiment une dame de fer, plus une dame d'affaires. Et à écouter ce qu'en disent tous ses anciens et actuels collaborateurs, elle sait parfaitement gérer une entreprise. Attentive, rassurante et assumée, Susan Whelan est une femme qui sait ce qu'elle fait et où elle va quand il s'agit de management.

"Est-ce que votre sexe peut avoir une importance ?"


Alors forcément, les critiques ne se sont pas fait attendre quand elle a été nommé PDG de Leicester. Elle a notamment eu le droit au refrain : "Elle n'y connaît rien au foot !" Mais voilà, les supporters ont surtout eu peur qu'elle transforme le club en multinationale sans âme. Et son passé de commerçante en tout genre ne plaide pas forcément en sa faveur. Dublinoise de naissance, elle commence par travailler dans la bijouterie familiale. Et puis au début des années 90, elle entre chez Aer Rianta International, une entreprise qui gère des duty free. Une expérience qui l'a amenée à voyager d'abord en Russie, puis en Thaïlande. Son ancien boss la décrit à l'Independent comme une personne "spéciale, agréable et capable d'améliorer beaucoup de situations, aussi bien financièrement qu'humainement". À Bangkok, elle est dépêchée sur un gros projet, mais son entreprise finit par lâcher l'affaire. Et c'est King Power, le même genre d'entreprise, par l'intermédiaire de son patron, Vichai Srivaddhanaprabha, qui reprend le projet. Avec Susan dans le lot.

À Leicester, il y a la queue depuis 3h du matin pour les nouveaux maillots
Et puis arrive donc 2010, année durant laquelle la famille asiatique trouve enfin un club anglais à acheter. Elle confie alors à la RTE : "Leicester était le club parfait pour eux. Ça faisait un moment qu'ils cherchaient à racheter un club en Angleterre, mais ils ne voulaient pas se presser. Ils voulaient un club avec une…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant