Surveillance: la présidente de la Cnil réclame "un grand débat"

le
0
Surveillance: la présidente de la Cnil réclame "un grand débat"
Surveillance: la présidente de la Cnil réclame "un grand débat"

La présidente de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil), Isabelle Falque-Pierrotin, a réclamé vendredi sur France Inter l'ouverture d'"un grand débat" sur la "société de surveillance", trois jours après l'adoption d'un article controversé de la loi de programmation militaire ayant trait aux interceptions."Il serait effectivement utile d'avoir aujourd'hui un grand débat sur cette société de surveillance au sens large qui se met en place à travers les actions aussi bien des acteurs publics que des acteurs privés", a-t-elle déclaré."C'est un débat (...) qui attirerait l'attention de nos concitoyens, qui ne sont peut-être pas suffisamment informés de ce qui se passe sur ces questions, et qui nous obligerait collectivement à faire des choix", a-t-elle ajouté, estimant qu'il était "probablement temps de fixer un certain nombre de balises par rapport à l'utilisation de ces technologies".Le Parlement a définitivement adopté mardi soir la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019, qui fixe le cadre budgétaire de la défense pour les six ans à venir, notamment un article controversé destiné à renforcer l'accès des services de renseignements intérieurs, de police et de gendarmerie aux données téléphoniques et informatiques, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée.L'article autorise le "recueil", auprès des opérateurs et des hébergeurs de contenus, de données de connexion mais aussi de documents (emails, photos), par le biais de demandes émanant d'agents des ministères de l'Intérieur, de la Défense ou de l'Economie qui doivent être validées par "une personnalité qualifiée placée auprès du Premier ministre", mais pas un juge.Il suscite la condamnation unanime des acteurs du web, qui jugent qu'il porte atteinte aux libertés individuelles."La représentation nationale a pris ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant