Surveillance : «L'ampleur de Prism a pris les Américains par surprise»

le
2
INTERVIEW - Les révélations sur ce programme de surveillance ne modifieront pas la stratégie anti-terroriste de l'administration Obama, explique Neil Richards, professeur de droit à l'université St Louis de Washington et spécialiste de la protection des données personnelles.

LE FIGARO. - Les experts en protection des données étaient-ils au courant de l'existence de ces programmes d'écoutes téléphoniques et de collecte de données sur Internet?

Neil RICHARDS. - On suspectait depuis environ un an que la NSA ( l'Agence nationale de sécurité américaine) collectait une grande partie des données du trafic internet. Il y a en effet eu un article dans le magazine Wired écrit par l'expert James Bamford, qui révélait que l'agence avais mis en place un complexe dans l'Utah (ouest) destiné à intercepter et stocker une grande partie des communications mondiales, pour les décrypter et les analyser. Mais on ne savait pas que la NSA ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • yt75 le vendredi 14 juin 2013 à 08:38

    Par contre clairement besoin d'un nouveau rôle, d'une notion de "sphère privée" ou compte pour les données clés, séparation des rôles, plusieurs organisations dans le rôle, et possibilité de déménager. D'autre part aucune loi "défensive ou contraignante sur l'existant" ne fonctionnera. http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/(IDeNum : dossier repris actuellement par F Pellerin)

  • yt75 le vendredi 14 juin 2013 à 08:38

    Pas exactement le même sujet mais extrêmement proche et tout aussi important si ce n'est plus.Il n'y a aucune fatalité technique (et encore moins légale) à la goinfrerie actuelle d'informations personnelles sur les "profils utilisateurs", ni à l'utilisation de vrais noms plus ou moins imposée, etc. Et -aucun besoin d'ID unique- partagé entre les services par utilisateur.