Surveillance américaine des communications: l'UE obtient des informations

le
0
Surveillance américaine des communications: l'UE obtient des informations
Surveillance américaine des communications: l'UE obtient des informations

Les États-Unis ont accepté d'informer les Européens sur leur programme de surveillance des communications et de collaborer avec eux pour protéger les droits des citoyens de l'UE, ont annoncé vendredi deux commissaires européens après une rencontre avec le ministre américain de la Justice, Eric Holder."Nous sommes convenus de mettre en place un groupe d'experts des deux côtés de l'Atlantique pour échanger les informations et étudier les garanties", a expliqué la commissaire chargée des Affaires intérieures, Cecilia Malmström lors d'une conférence de presse à Dublin et retransmise à Bruxelles par les services audiovisuels de la Commission."Le programme Prism suscite beaucoup de préoccupations et quelques questions restent encore sans réponses", a-t-elle ajouté."Il doit y avoir un équilibre entre la lutte contre le terrorisme et le respect de la vie privée des citoyens", a-t-elle insistéSa collègue Viviane Reding (Justice) s'est dite très satisfaite d'avoir eu une explication "les yeux dans les yeux" avec Eric Holder sur ce programme."Des explications fournies, Prism est une affaire américaine, mais il ne peut opérer aux dépens des citoyens européens", a-t-elle averti. Mme Reding est responsable de la protection de la vie privée des citoyens de l'UE"Des experts européens et américains vont devoir clarifier les questions restées pendantes", a-t-elle ajouté."Mais il est clair que beaucoup de points qui faisaient redouter aux Européens l'intrusion de Big Brother dans leur vie privée ont reçu des explications. Prism doit être autorisé par une décision de justice et être utilisé sur la base de présomptions d'activités terroristes ou criminelles", a-t-elle expliqué.Eric Holder a confirmé le "contrôle judiciaire et parlementaire" sur Prism, et assuré que l'utilisation du programme était "ciblée sur des individus ou des groupes soupçonnés ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant