Sursis pour trois policiers accusés d'"homicide involontaire"

le
6
PRISON AVEC SURSIS POUR TROIS POLICIERS DANS L'AFFAIRE HAKIM AJIMI
PRISON AVEC SURSIS POUR TROIS POLICIERS DANS L'AFFAIRE HAKIM AJIMI

GRASSE, Alpes-Maritimes (Reuters) - Trois policiers ont été condamnés vendredi à Grasse (Alpes-Maritimes) à des peines de six mois à deux ans de prison avec sursis pour avoir provoqué la mort d'un homme qu'ils interpellaient en 2008.

Quatre autres policiers poursuivis aussi pour "homicide involontaire et non-assistance à personne en danger" ont été relaxés. Les deux parties ont fait part de leur mécontentement et les condamnés vont faire appel.

Le 9 mai 2008, Hakim Ajimi, 22 ans, interpellé par des policiers appelés après une banale altercation avec un banquier, avait succombé à une asphyxie.

Elle avait été provoquée par une compression thoracique et une clé de bras pratiquées par les policiers avec trop de force et trop longtemps, selon les experts médicaux. Ces gestes étaient jugés d'autant plus excessifs qu'il était alors menotté aux pieds et aux mains.

Le tribunal correctionnel sanctionne Jean-Michel Moinier, chef de la Bac (brigade anti-criminalité) de Grasse, à 18 mois de prison avec sursis et son collègue Walter Lebeaupain à deux ans de prison avec sursis. Un troisième homme, Jim Manach, policier municipal a été condamné à six mois de prison avec sursis pour non-assistance à personne en danger.

Le tribunal a ordonné le paiement de 100.000 euros de dommages et intérêts à la famille de la victime, qui s'était absentée de la salle d'audience, en signe de protestation contre les réquisitions du parquet en janvier dernier - prison avec sursis pour les sept prévenus - jugées dérisoires.

Boubaker, le père de Hakim Ajimi, a regretté la "légèreté" des sanctions finales. "Pour moi, c'est pas cher payé. La justice est complice de cette impunité judiciaire, ce jugement démontre qu'un policier, ça ne se condamne pas, ça ne va pas en prison," a-t-il dit à la presse.

Les avocats des policiers condamnés ont annoncé leur intention de faire appel. "Qu'ils aient été reconnus coupable d'homicide involontaire alors qu'ils n'ont fait qu'appliquer des méthodes d'immobilisation enseignées dans les écoles de police, ce n'est pas sain", a déclaré Me Gérard Baudoux.

Ce cas a été cité dans plusieurs rapports sur des affaires de violences policières. Amnesty International s'était alarmé dans son rapport annuel publié en 2010 des allégations de violences policières et d'usage excessif de la force en France. L'organisation avait également critiqué la supposée légèreté des enquêtes sur ces faits.

"Les procédures disciplinaires et les enquêtes judiciaires sur de tels incidents continuent d'être loin des standards internationaux", lit-on dans le document. Le gouvernement conteste ces critiques et estime que les "bavures", très rares selon lui, font l'objet de procédures appropriées.

Pierre Thébault, avec Thierry Lévêque à Paris, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bercam01 le vendredi 24 fév 2012 à 13:48

    @ jmuzan : alors, on s'amuse bien ? PS S'il avait fermé sa grande g... au lieu de la ramener, il serait encore parmi nous... Médite ça bonhomme.

  • jmuzan le vendredi 24 fév 2012 à 12:43

    Il faut déposer plainte pour tromperie, comme pour la viande Hallal!!!!!!!!!!

  • jmuzan le vendredi 24 fév 2012 à 12:36

    Hakim Ajimi, il est normand celui là alors pourquoi. Désolé, mais que de sa mère sinon et probablement cet article n'existerai pas quant à l'évenement lui - même, n'en parlons pas.C'est comme une petite nuit de cristal!!!!!!!!!!!!!!!

  • jmuzan le vendredi 24 fév 2012 à 12:31

    Il ne s'agissait pas de ce qu'on appelle un petit LU que DANONE a vendu, rassurez- moi!!!!!!!!!!!

  • jmuzan le vendredi 24 fév 2012 à 12:30

    Comme ça , on ne risque pas de cholestérol, le budget social va devenir exédentaire avant la réforme de 2017 de régimes spéciaux de retraite

  • jmuzan le vendredi 24 fév 2012 à 12:28

    pourquoi involontaire, peut-être sans intention de ..... et encore