Sûreté nucléaire : la commission d'enquête parlementaire veut plus de sanctions

le
0
Sûreté nucléaire : la commission d'enquête parlementaire veut plus de sanctions
Sûreté nucléaire : la commission d'enquête parlementaire veut plus de sanctions

La commission d'enquête parlementaire sur les coûts du nucléaire a rendu son rapport ce mardi. Après six mois de travaux et plus de 70 auditions, les conclusions rejoignent sur de nombreux points celles de la Cour des comptes dans le rapport qu'elle a publié sur le même thème le 27 mai dernier. La commission parlementaire pointe «un certain nombre d'incertitudes» et l'opacité de la filière. Avant d'adresser 16 recommandations.

De 75% à 50% d'électricité d'origine nucléaire en 2025

La commission ne se prononce pas sur la pertinence ou non de la fermeture de la centrale de Fessenheim, prévue pour 2016. Elle appelle en revanche le gouvernement à prendre enfin une décision sur l'augmentation de la durée de vie des centrales fixée actuellement à 40 ans. Et elle soutient la promesse de François Hollande de passer de 75 à 50 % d'électricité nucléaire d'ici à 2025.

Aux yeux des parlementaires, cet objectif de diversification du bouquet énergétique français est d'autant plus impérieux que le parc nucléaire a un handicap. «Nous avons un parc français très homogène, rappelle Denis Baupin, rapporteur (EELV) de la commission.Ce qui a eu un avantage en terme de coûts de construction, mais en même temps cela donne aujourd'hui une fragilité car si un incident surgit sur un réacteur, il peut être générique et forcer l'arrêt de la quasi totalité des 19 centrales»,

Une expertise indépendante d'EDF

Pendant les six mois qu'a duré l'enquête, les parlementaires se sont heurtés semble-t-il à véritable «difficulté à trouver et à regrouper des informations». «On a aujourd'hui une autorité de sûreté (Ndlr : l'ASN, Autorité de sûreté indépendante) qui ne se prononce pas sur le coût des mesures qu'elle préconise, reprend Denis Baupin, l'exploitant EDF qui nous dit à peu près comment il va faire et combien ça va coûter, mais il n'y a finalement pas d'expertise indépendante !» Le rapporteur critique ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant