Surendettés, les Français peinent à rembourser leurs crédits

le
0
La loi autorise les consommateurs à demander la suspension temporaire du remboursement de leur crédit. Après un pic en 2008, le nombre de ces recours avait fléchi, mais cette année, ils repartent à la hausse, selon Europe1.

Avec la crise, de plus en plus de ménages sont en grande difficulté financière. Entre janvier et mai 2011, les Français ont déposé plus de 106.000 dossiers auprès de la commission de surendettement, soit 12% de plus qu'il y a un an. Des difficultés de remboursement qui mettent notamment en péril le logement des ménages. Pour les aider à faire face à ces difficultés, la loi prévoit un garde fou: la possibilité de suspendre, jusqu'à deux ans, le remboursement des mensualités du crédit. Selon les informations d'Europe 1 ce lundi, les Français seraient de plus en plus nombreux à recourir à cette possibilité, qui de plus dispense du paiement des intérêts.

Des dizaines de dossiers chaque jour

L'association française des usagers des banques (Afub) reçoit ainsi quotidiennement une quarantaine de demande d'aide. «En 2010, quinze documents étaient distribués chaque jour. Actuellement, nous sommes à 42 documents par jour. Nous avons triplé le nombre de demandes», précise Serge Maître, le secrétaire général de l'Afub interrogé sur Europe 1. Un chiffre qui n'a toutefois pas atteint les niveaux de 2008: «il y avait alors 80 demandes de documents par jour», selon Serge Maître. Une autre association de consommateurs, la CLCV fait également état d'une forte augmentation des dépôts de dossiers. A Grenoble, une vingtaine de demande sont déposées chaque jour.

Parmi les personnes qui demandent la suspension de leur crédit, on trouve majoritairement des chômeurs en fin de droits, mais aussi de plus en plus de Français qui viennent de perdre leur emploi et qui n'arrivent pas à négocier directement avec leurs banques. Phénomène plus récent, les retraités sont aussi de plus en plus nombreux à venir chercher de l'aide auprès des associations.

Procédure lourde

Face à cette recrudescence, le secrétaire général de l'Afub regrette la complexité des démarches à effectuer pour bénéficier de cette faculté de report. Il est en effet nécessaire de solliciter l'avis d'un juge. Même si la procédure est «rapide, on pourrait espérer que les pouvoirs publics prennent les devants avec un mécanisme qui permettrait d'arriver au même résultat sans passer par la case justice», estime Serge Maître.

LIRE AUSSI :

» Le crédit renouvelable mieux encadré

» Les surendettés mieux protégés

» Surendettement:Crésus veut un registre

» Toujours plus de ménages surendettés en France

» Les Français ont eu moins recours au crédit en 2010

»Crédits : Bercy veut des remboursements plus rapides

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant