Sur YouTube, une rappeuse indienne déclenche le buzz

le
0
Dans un communiqué, le groupe Unilever nie avoir connaissance de cette castrophe environnementale et affirme ne pas être impliqué dans cette affaire.
Dans un communiqué, le groupe Unilever nie avoir connaissance de cette castrophe environnementale et affirme ne pas être impliqué dans cette affaire.

Revisiter une chanson de Nicki Minaj pour dénoncer un scandale environnemental, il fallait oser. Depuis quelques jours, Sophia Ashraf, une rappeuse indienne de 27 ans, fait le buzz sur YouTube. La jeune femme réinterprète le tube de la chanteuse américaine et raconte l'histoire de Kodaikanal, une ville du sud de l'Inde, contaminée par une usine de thermomètres construite par Unilever... il y a près de quatorze ans.

Depuis, rien n'a été fait pour réparer les dégâts, assure-t-elle. L'usine de thermomètres est aujourd'hui fermée, mais ce désastre écologique qui a dévasté les forêts aux alentours aurait également coûté la vie à quarante-cinq employés de l'usine et douze de leurs enfants. Sur la scène internationale, la catastrophe n'avait, jusqu'à aujourd'hui, presque jamais fait parler d'elle.

Dans son clip devenu viral, Sophia Ashraf dénonce violemment l'entreprise et son impunité, précisant que des enfants naissent encore malades aujourd'hui du fait de cette catastrophe. En lien en dessous de la vidéo, qui compte aujourd'hui 1 190 512 vues, il est possible de signer une pétition directement adressée à Paul Polman, le PDG d'Unilever. Au moment où nous écrivons ces lignes, près de 37 000 personnes ont déjà signé sur les 40 000 signatures attendues. Si la chanteuse Nicki Minaj a elle-même retweeté le lien vers la vidéo de Sofia Ashraf, Unilever refuse d'admettre sa responsabilité dans l'affaire.

 

Source Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant