Sur quels revenus compter ?

le
0
Plusieurs organismes, publics ou privés, vous aident à évaluer le montant de votre pension et l'âge optimal de cessation d'activité.

Et si vous posiez plutôt vos questions au bon endroit?», suggère en ce moment un spot télévisé de la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav) au ton humoristique. A quelques jours de l'entrée en vigueur de la réforme des retraites (le 1erjuillet, lire pageprécédente), les pouvoirs publics expliquent aux Français qu'ils disposent de plusieurs interlocuteurs susceptibles de répondre aux questions qu'ils ne manqueront pas de se poser sur leur retraite future. Conseillers par téléphone (39 60), sites internet (pédagogiques et pratiques), simulateur de retraite (m@rel), relevé de situation de carrière: les sources d'information sur la retraite se sont multipliées ces dernières années. Elles sont aussi de plus en plus personnalisées.

Ainsi, le groupement d'intérêt public (GIP) Info Retraite, qui coordonne 35 régimes de retraite obligatoires, adresse tous les cinq ans à partir de l'âge de 35 ans, un relevé de « situation individuelle » (les personnes nées en 1951, 1956, 1961, 1966, 1971 et 1976 recevront leur relevé cette année). Celui-ci liste l'ensemble des régimes dans lesquels l'assuré a acquis des droits, avec les périodes correspondantes, la rémunération prise en compte pour le calcul de la pension, la durée d'assurance ou le nombre de points acquis, les périodes ou les événements susceptibles d'influencer l'âge de départ ou le montant de la pension (service militaire...). Un document purement informatif.

A partir de 55 ans, la donne change

Les assurés reçoivent en plus de ce relevé une «estimation indicative globale» (dans les régimes de base et complémentaires), ainsi que l'âge d'ouverture des droits. Très utile, ce document permet de connaître exactement le nombre de trimestres acquis et surtout de se faire une idée précise du montant de la pension qu'on touchera, si on repousse son départ à la retraite. «Généralement, ces bilans sont exhaustifs et bien faits. Ils comportent assez peu d'erreurs», estime Pascal Mignery, président de France Retraite. Les erreurs sont parfois le fait de la société employeuse, qui n'a pas transmis toutes les informations collectées à l'époque où l'informatique n'existait pas. «Mais attention, ces relevés ne mentionnent pas la majoration de pension pour famille d'au moins trois enfants et les périodes d'expatriation», souligne-t-il.

En plus de ces deux dispositifs, la loi sur la réforme des retraites a introduit un point d'étape retraite à 45 ans (celui-ci entrera en application en janvier 2012). «Chaque assuré pourra demander un entretien individuel portant sur les droits qu'il s'est constitués dans les régimes de retraite obligatoires», précise la Cnav. Ce qui permettra à certains de prendre conscience de la nécessité d'épargner en prévision de leur retraite encore lointaine. «Cela sera aussi très utile pour les expatriés, qui ne savent pas toujours qu'ils peuvent cotiser à des caisses françaises tout en étant à l'étranger», avance Pascale Gauthier chez Novelvy.

Toujours à partir de l'an prochain, les plus jeunes seront eux aussi sensibilisés aux problèmes de retraite. Après deux trimestres de travail (validés), ils recevront une lettre d'information sur le régime de retraite par répartition.

Si vous souhaitez connaître exactement le montant de votre retraite, vous pourrez utiliser le simulateur m@rel (www.marel.fr). Celui-ci vous permettra aussi de savoir à quel âge vous pourrez prétendre à une pension à taux plein et de connaître les conséquences financières d'un départ anticipé. Petit bémol, vous devrez entrer vous-mêmes toutes les informations vous concernant. De plus, ce simulateur ne prend pas encore en compte les modalités de la réforme des retraites.

Ceux qui ont eu une carrière plus complexe, ponctuée de nombreux changements (d'employeur ou de statut par exemple ) pourront frapper à la porte d'un cabinet spécialisé qui les aidera à y voir plus clair (à quel âge partir, quels sont les bénéfices du cumul emploi-retraite...). «Nous aidons les salariés à ne pas commettre d'erreur en partant trois mois trop tôt par exemple. Nous sommes aussi beaucoup sollicités par des quadragénaires qui envisagent de changer de statut professionnel et souhaitent comprendre les incidences que cela aura sur leur retraite future», explique Pascal Mignery. Le prix d'un tel service? Entre 1000 et 5000 euros en moyenne, selon les cabinets.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant