Sur Netflix, Mission Blue et l'incroyable destin de la reine des océans Sylvia Earle

le
0
Sur Netflix, Mission Blue et l'incroyable destin de la reine des océans Sylvia Earle
Sur Netflix, Mission Blue et l'incroyable destin de la reine des océans Sylvia Earle

Mission Blue, un film diffusé sur le site de vidéos en flux Netflix, raconte la vie extraordinaire de l'océanographe américaine Sylvia Earle et sa croisade pour protéger les océans. L'infatigable exploratrice des fonds marins s'est fixé pour objectif de créer partout dans le monde des "hope spots" ("lieux d'espoirs"), des parcs naturels marins protégés de l'exploitation pétrolière ou piscicole.Âgée de 78 ans, elle plonge encore toutes les semaines mais passe le plus clair de son temps en voyage autour du globe pour donner des conférences et rencontrer des dirigeants."J'aimerais passer autant de temps sous l'eau que dans l'avion", a-t-elle plaisanté auprès de l'AFP lors d'une projection privée du film à Los Angeles."Mission Blue", réalisé par l'acteur et réalisateur Fisher Stevens, fait penser par bien des aspects à "Une vérité qui dérange", le cri d'alarme environnemental d'Al Gore.Diffusé depuis vendredi sur le site de vidéos Netflix, "Mission Blue" et son concept visant à créer des "hope spots" ont été financé grâce au TED Prize gagné par Sylvia Earle en 2010, qui octroie un million de dollars pour la réalisation d'un rêve pour changer le monde. Actuellement, moins de 3% des océans sont protégés. "Mission Blue" vise 20%.Le film retrace toute la vie de cette "Jeanne d'Arc" des océans, comme la surnomme le cinéaste James Cameron, depuis son enfance dans le Golfe du Mexique, que l'océanographe décrit comme un paradis naturel.Un Eden menacé par l'exploitation pétrolière, avec 33.000 puits forés depuis les années 70, et une extraction toujours intense, malgré la marée noire provoquée par l'explosion de la plateforme Deepwater House en 2010.Cette amie de la famille Cousteau, pionnière de la plongée sous-marine dans les années 50, a obtenu un doctorat pour son étude des algues, est passée par le gouvernement américain sous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant