Sur la théorie du genre, Vallaud-Belkacem plus en pointe que Peillon

le
0
Alors qu'un rapport remis au ministre de l'Éducation nationale juge l'école encore trop sexiste, la ministre des Droits des femmes entend se battre contre ce fléau par une déconstruction des stéréotypes dès le berceau.

Une école au service de l'égalité entre les hommes et les femmes. Le principe est inscrit pour la première fois en 1989 dans la loi Jospin. Avec la loi Fillon de 2005, il sera associé à celui de mixité. Le texte de Vincent Peillon, voté en juin, réaffirme en toute logique ces principes. Jusqu'ici donc, tout va bien.

Mais si chacun s'accorde autour de la lutte contre les inégalités et discriminations à l'école, la suspicion est de rigueur dès lors que les mots «genre» et «déconstruction des stéréotypes» sont prononcés. En cause, ces gender studies autour de la construction sociale de l'identité sexuée et sexuelle nées aux États-Unis dans le sillon du mouvement féministes, et, surtout, une «théorie du genre», qui remettrait en cause l...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant