Sur internet, la lutte sans fin contre les sirènes de l'EI

le
0
Sur internet, la lutte sans fin contre les sirènes de l'EI
Sur internet, la lutte sans fin contre les sirènes de l'EI

L'administration américaine et les géants d'internet ont multiplié les efforts pour contrecarrer la propagande du groupe Etat islamique (EI) sur la toile et les réseaux sociaux, mais les résultats restent difficiles à mesurer.Depuis ses débuts, le groupe EI utilise internet pour recruter des combattants pour son "califat" en Irak et en Syrie, ou pousser des individus un peu partout dans le monde à commettre des attentats.Pour le contrecarrer, l'administration américaine a obtenu le renfort des grands réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook, qui ont multiplié les fermetures de comptes utilisés par les jihadistes. "Twitter a dit publiquement avoir fermé près de 200.000 comptes. Mais ils en ont fermé beaucoup plus" en réalité, se félicitait cette semaine dans une conférence à Washington Richard Stengel, ancien patron de Time magazine et sous-secrétaire d'Etat chargé des affaires publiques."YouTube a effacé des millions de vidéos. Facebook a des centaines de personnes qui travaillent 7 jours 7, 24 heures sur 24 pour enlever les contenus nocifs", soulignait-il à l'occasion d'un colloque intitulé "Briser la marque EI".- 'Mensonges et tromperies' -Le but de l'administration américaine, et notamment du centre de contre-propagande du département d'Etat, n'est plus désormais de chercher à produire des messages estampillés gouvernement américain. Il est de chercher à "amplifier des voix crédibles modérées (...) à travers la société civile", selon les mots de Lisa Monaco, une responsable de l'administration Obama.Le commandement des forces américaines au Moyen-Orient (Centcom), emploie par ailleurs des militaires des forces spéciales et des contractuels pour mener "un solide programme d'actions en ligne", selon le Pentagone."Il s'agit de diriger de vraies informations vers des audiences locales pour combattre les mensonges et les tromperies de l'EI", indique à l'AFP ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant